Balade en Abyssinie
Éthiopie ET 601 Randonnée

Les grands sites historiques d'Ethiopie : Gondar, Axoum et Lalibela. Les fêtes de Meskal, Timkat et Fasika

16 jours 4 à 12 pers. Facile 6/20 Voir les avis voyageurs
Carte 1 du circuit

Partager

Vous aimerez aussi...

  • Itinéraire afrique
  • Dates et prix afrique
  • Extensions afrique
  • Infos pratiques afrique

L’Ethiopie est un pays à part en Afrique, avec un passé dont la richesse dépasse souvent notre imagination. Pays de la reine de Saba, du royaume d’Axoum et de Lalibela, l’Ethiopie fut l’une des premières terres chrétiennes. Tout en traversant des paysages de montagne étonnamment variés, ce voyage dévoile les principaux trésors culturels du Nord Ethiopien.

Points forts

• Les trésors de l'ancienne Abyssinie : Lac Tana, Gondar, Axoum et Lalibela
• Les églises secrètes du Tigray, accessibles parfois seulement à pied !
• Sur 3 dates, la participation à des fêtes religieuses hautes en couleur
• Du Simien au Gheralta, plusieurs marches dans de splendides paysages de montagne
• Les départs spécial fêtes religieuses :
* 3 avril 2017 : spécial fête de Fasika, à Lalibela
* 20 septembre 2017 : spécial fête de Meskal, à Axoum
* 10 janvier 2018 : spécial fête de Timkat, dans le massif du Gheralta et à Mekele (Tigray)
* 27 mars 2018 : : spécial fête de Fasika, à Lalibela

Les plus Tirawa

• Un voyage tout compris: pension complète, entrées des parcs et sites visités (environ 210 €)

Niveau

Facile 6/20 Voir le tableau des niveaux  Pas de difficulté particulière. Quelques marches ponctuelles sur l’ensemble du voyage. Le pays est vaste avec quelques longs transferts.

J1 : Vol au départ de Paris

J2 : Addis-Abeba (2400 m)

Arrivée dans la matinée à Addis-Abeba, capitale éthiopienne perchée sur les hauts plateaux, à 2400 mètres d’altitude. Accueil à l’aéroport par notre guide et transfert dans un hôtel du centre-ville. Repos avant d’entamer la découverte d’Addis-Abeba, siège de l’Union Africaine. Afin de bien cerner l’urbanisme de la capitale, nous nous rendons à la colline d'Entoto, située au nord de la ville, qui culmine à 3200 m d’altitude. C’est de là, dit-t-on, que l’empereur Ménélik et sa femme, l’impératrice Taitu, décidèrent de l’implantation d’Addis-Abeba. Après avoir aperçu une mince colonne de vapeur s’élever dans le ciel, ils se rendirent en cet endroit et y découvrirent des sources chaudes, ainsi qu’une fleur jusqu’alors inconnue. Cet évènement les décida à nommer leur capitale Addis-Abeba, "la nouvelle fleur" en amharique. Redescente sur la ville et visite du musée national abritant quelques trésors archéologiques dont une copie du squelette de la célèbre Lucy (fossile humanoïde de 3,4 millions d’années). Enfin, découverte de l’ancien palais d’Hailé Sélassié, abritant maintenant le musée d’ethnologie.

Hébergement : Hôtel
Repas : LD

J3 : Addis-Abeba > monastère de Debre Libanos > Bahar Dar (1840 m)

A travers des paysages mouvementés et une succession de hauts plateaux, long trajet vers le nord du pays pour atteindre la ville de Bahar Dar. En chemin, visite du monastère orthodoxe de Debre Libanos, l’un des plus prestigieux d’Ethiopie, fondé au XIIIe siècle. Puis passage par les impressionnantes gorges du Nil Bleu. En fin d’après-midi, arrivée à Bahar Dar, ville agréable située sur les rives du lac Tana, le plus grand lac de d’Éthiopie, dans le nord-ouest du pays.

Transfert : 9h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J4 : Bahar Dar > chutes du Nil Bleu, bateau > Lac Tana

Par la piste, nous partons vers les chutes du Nil Bleu, connues localement sous le nom de Tissisat (eau fumante). Après avoir enjambé le Nil Bleu par un vieux pont portugais (bâti au XVIe siècle), poursuite à pied le long d’un sentier jusqu’à un superbe point de vue dominant les chutes (400 m de long sur 45 m de hauteur). L’eau s’engouffre dans une profonde gorge donnant naissance à des nuages de vapeur et des arcs-en-ciel. Passage par un joli pont suspendu pour rejoindre au plus proche le pied de la cascade. Remontée par un autre sentier et retour sur l’autre rive en barque. Dans l’après-midi, découverte du village de Woyito où sont fabriqués les tankwas, pirogues en papyrus, encore utilisées de nos jours sur le lac Tana par les pêcheurs. Excursion en bateau sur le lac abritant une trentaine d’îles et autant d’églises et de monastères. Lieu de recueillement, mais aussi refuge lors des invasions musulmanes, le lac Tana a toujours été un endroit hautement stratégique dans la région. Sur la rive ouest, accessible seulement en bateau, découverte de monastères datant du XVIe et XVIIe siècle, disséminés au cœur d’une végétation luxuriante. Ici, toutes les églises sont bâties sur le même principe : de forme circulaire, avec des murs en torchis et de superbes peintures représentant des scènes bibliques et historiques. Dans la presqu’île de Zeghe, après une petite balade à travers caféiers sauvages et genévriers, visite de la belle église Uhra Kidane Mehret, remarquable exemple d’architecture et de peinture religieuse éthiopienne. Le prêtre qui officie en cette église est également le gardien de couronnes royales, témoignant de l’importance de ce lieu de prière depuis plusieurs siècles. Après la visite de Batra Maryam, situé un peu plus au nord, retour en bateau sur Bahar Dar.

Transfert : 2h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de balade : 2h
En amont des chutes, un barrage a été construit il y a quelques années, détournant parfois une grande partie des eaux du fleuve et laissant les chutes aux trois quarts nues… L’excursion n’en reste pas moins intéressante.

J5 : Bahar Dar > Gondar (2200 m)

Nous quittons les rives du lac Tana pour la petite ville de Gondar, située à 2200 m d’altitude. Haut-lieu de l’histoire médiévale éthiopienne, Gondar fut le siège des empereurs d’Ethiopie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Après les invasions musulmanes, qui dévastèrent le pays au XVIe siècle, l’empereur Fasilidas établit sa capitale à Gondar. Découverte de la cité impériale avec son vaste rempart d’enceinte abritant de nombreux édifices et bâtis selon des techniques introduites par les Portugais. Certains d’entre eux sont magnifiquement conservés : le château du roi Fasilidas, première construction massive et puissante, le palais de Iyasou Ier de forme élancée… Poursuite de la visite par les Bains de Fasiladas, lieu de détente des rois de Gondar, avant de continuer sur l'église de Debre Berhan Sélassié (Lumière de la Trinité) dont l’intérieur possède de très belles fresques et un magnifique plafond aux poutres finement décorées.

Transfert : 3h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J6 : Gondar > Sankaber (3250 m), marche > Parc national du Simien

Départ matinal pour rejoindre le Parc national du Simien, l’un des plus spectaculaires massifs montagneux d’Afrique, classé au Patrimoine Mondial. Souvent comparées au Grand Canyon américain, ces montagnes volcaniques de basaltes et de gneiss, constituent un relief extrêmement escarpé, fruit d’une intense érosion. Nous sommes au cœur de hauts plateaux situés à une altitude moyenne de 3300 m et où de nombreux sommets culminent à plus de 4000 m dont le Ras Dashen, 4543 m, point culminant du pays. Sans difficulté technique, belle balade entre Sankaber (3250 m) et la grande cascade de Jinbar. Le sentier progresse le long de l’immense escarpement, d’abord en légère montée avant d’entamer une descente jusqu’à la cascade. En chemin, magnifiques panoramas sur la vallée en contrebas et les sommets alentours. Parmi les espèces animales endémiques à ces hauts plateaux, nous pourrons facilement observer quelques colonies de babouins geladas… Après un dernier trajet par la piste, arrivée en fin d’après-midi dans la bourgade de Debark (3000 m), aux portes du Simien.

Transfert : 3h
Hébergement : Hôtel très simple
Repas : BLD
Heures de balade : 3h
Dénivelé : -200 m

J7 : Parc national du Simien > Axoum (2130 m)

Longue et belle journée de route à travers les superbes paysages des massifs du Simien et du Tsellemti. Nous quittons le pays Amhara pour entrer dans la région septentrionale du Tigray.

Transfert : 7h/8h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Une portion de route entre Gondar et Axoum est actuellement encore en travaux. Selon l'état d'avancement, soit cela peut rallonger un peu le temps de transfert de cette étape, soit le raccourcir si la route est totalement asphaltée !

J8 : Axoum

Classée Patrimoine Mondial, la ville isolée d’Axoum fut la capitale du royaume axoumite et le berceau d’une des plus importantes civilisations d’Ethiopie. Avant cette ère, les légendes racontent comment la ville d'Axoum, dès le Xe siècle avant JC, fut le lieu de rencontre présumé entre le roi juif Salomon et la reine de Saba… Découverte d’un champ de stèles funéraires, emblème de la civilisation florissante axoumite. Ce sont des monolithes de granit datant de la période préchrétienne et décorés avec des gravures symboliques. Pendant longtemps l'une d'elles était à Rome - Mussolini s’en était emparé en 1937 comme trophée de guerre lors de l'invasion italienne de l'Éthiopie. Elle est revenue à Axoum en 2008. Poursuite vers l'église de Sainte Marie de Sion, dont l’une des chapelles abriterait l'Arche d'Alliance. Enfin, découverte d’un petit musée qui contient les couronnes des rois éthiopiens et d'autres trésors...

Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Les 26 et 27 septembre 2017 (J7-J8), participation aux fêtes de MESKAL à Axoum. Les festivités de Meskal célèbrent la découverte de la croix par l’impératrice Hélène, mère de Constantin le Grand. C’est une importante célébration dans la vie religieuse des Éthiopiens orthodoxes et ce, depuis plus de 1700 ans. C'est aussi l'occasion d'enterrer la vieille année, les rigueurs de la saison des pluies, de brûler vieilleries et mauvais souvenirs...
La veille du grand jour, de grandes branches sont rassemblées en bûchers au sommet desquels se trouve une croix de bois. Partout dans la ville, en fin d’après-midi, les fidèles se rassemblent en procession et convergent vers un même lieu, conduits par des prêtres portant des vêtements chamarrés et accompagnés de musiciens. Dans la nuit tombante, c’est une procession de flambeaux où les prêtres chantent et dansent… Arrivés au lieu de rassemblement, les fidèles déposent leur flambeau au pied des bûchers qui s’embrasent alors en un immense feu de joie. La direction prise par la fumée de ces feux indiquerait le lieu où se trouve la Vraie Croix ; le côté où s’effondre le bûcher indiquerait une année de guerre ou de paix… Cette période coïncide aussi avec l’éclosion en masse de marguerites d’un jaune d’or, qu’on appelle "adey abeba" en amharique. A travers les rues, on aperçoit alors des personnes transportant des bouquets de ces fleurs jaunes. Fête chrétienne mais aussi fête païenne qui célèbre la fin des pluies, Meskal donne l'occasion aux visiteurs d'approcher d'un peu plus près la vie et les rites des Éthiopiens. Un moment très fort !

J9 : Axoum > temple de Yeha > massif du Gheralta, marche

Nous quittons Axoum à travers les hauts plateaux du Tigray pour Yeha, site sabéen avec un magnifique temple (Ve siècle avant JC) converti en une église dédiée à Abba Afsé, l’un des neuf fondateurs mythiques du christianisme éthiopien. Poursuite jusqu’au massif du Gheralta en longeant les spectaculaires montagnes d’Adwa. Après-midi alternant visites et randonnée, avec la découverte de deux belles églises rupestres méconnues. Première région christianisée d’Éthiopie, le Tigray abrite les plus anciennes églises du pays, construites ou taillées dans le roc. C’est une contrée splendide où certains de ces trésors sont difficilement accessibles ; de nombreuses églises se méritent après plusieurs heures de marche sur des sentiers de montagne. Dans un périmètre assez restreint, quelque 120 sanctuaires se répartissent dans les massifs montagneux du Hawzen, du Gheralta et de l'Atsbi, souvent perdus au milieu de sites naturels majestueux. lci, patrimoine religieux et beauté naturelle ne font qu’un… il faut toute l'abnégation du pèlerin pour accéder à ces merveilles ! Découverte du massif par une randonnée jusqu’à un petit plateau au sommet d'une montagne. C’est ici que se trouve Maryam Korkor, imposante église-caverne dédiée à la Vierge, assez difficile d’accès. L’église, entièrement taillée dans la roche, est décorée de rares peintures d’influence byzantine (qui pourraient dater du XIVe siècle). Non loin de là, sur le versant est de la paroi, découverte d’une dernière église, Daniel Korkor, accessible à partir d’une vire rocheuse très impressionnante en à-pic (mais non dangereuse). De taille réduite, c’est surtout son environnement et les belles vues plongeantes qui en font son principal intérêt. Retour par le même chemin et dernier trajet pour rejoindre notre hébergement dans le village de Hawzen ou à proximité.

Transfert : 3h
Hébergement : Hôtel ou lodge
Repas : BLD
Heures de balade : 3h/4h
Dénivelé : +300 m
Dénivelé : -300 m
Les 18, 19 et 20 janvier 2017 (J9-J11), participation aux fêtes de TIMKAT dans la région de Gheralta et sur Mekele. Timkat correspond à l'épiphanie dans la religion orthodoxe éthiopienne. Célébration majeure, elle donne lieu à des manifestations passionnantes pendant 3 jours. La fête commence la veille de Timkat. Les "tabot" (tables de pierre, répliques de l’Arche d’Alliance) sont exceptionnellement sortis de leurs sanctuaires. Chaque "tabot" parade dans les rues, porté par le clergé. Le jour J, les prêtres et diacres, accompagnés des fidèles, sortent des églises. Parés de capes, de parapluies de velours brodés d'or et accompagnés des musiciens religieux, tout le clergé converge vers un même endroit où les "tabot" seront exposés, et où auront lieu différentes cérémonies. Nous assistons à de longues processions hautes en couleurs, dans une ambiance de prières, de chants et de danses… Un moment fort…

J10 : Massif du Gheralta : visite et marche

Deuxième journée à la découverte de cette belle région du Tigray. Court trajet sur la piste, avec des vues magnifiques sur la chaîne et les pitons rocheux du Gheralta. Visite du site de Degoum Sélassié où se trouve un ensemble rupestre très ancien (époque préchrétienne), composé de trois monuments. Cette église fut jadis un centre de pèlerinage important et revêt aujourd’hui une importance exceptionnelle pour l’histoire du christianisme en Éthiopie. Poursuite vers l’église de Maryam Papasetti, construite à 2000 m d'altitude sous l’abri d’une falaise et constituée de trois salles en enfilade. L’accès à cette église se fait par un sentier agréable. En fin de journée, retour au même hébergement.

Transfert : 2h
Hébergement : Hôtel ou lodge
Repas : BLD
Heures de balade : 3h

J11 : Massif du Gheralta > Mekele (2050 m)

Avant de rejoindre Mekele, capitale du Tigray, arrêt à l’église d’Abreha et Atsbeha (d’accès facile), sans doute le monument le plus imposant de la région. Semi-monolithique, cette église impressionnante a été en partie creusée dans la falaise de grès rouge et en partie bâtie. L’intérieur, très vaste, abrite de superbes peintures murales. L’excavation de l’église par les rois jumeaux qui lui donnèrent son nom remonterait aux années 335-340. A notre arrivée à Mekele, découverte du palais de l’empereur Yohannes IV avec ses deux enceintes, construit en 1872 sur les hauteurs de la ville. Il abrite un musée où l’on peut admirer manuscrits, meubles et un trône en bois finement décoré, ainsi que d’autres objets d’intérêt historique.

Transfert : 2h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Le palais de l’empereur Yohannes IV est actuellement fermé pour rénovation.

J12 : Mekele > Lalibela (2500 m)

Par la route, long trajet plus au sud jusqu’à Lalibela, ville sainte des chrétiens d’Ethiopie, classée au Patrimoine Mondial. Abritant de véritables trésors architecturaux, la petite bourgade de Lalibela (seulement 15000 habitants) constitue le lieu de pèlerinage le plus important du pays. Une belle histoire préside à son édification. Au début du XIIe siècle, dans la province de Wollo, naquit un enfant dont le destin était de devenir roi. A sa naissance, il fut entouré d’un nuage d’abeilles. Voyant dans ces abeilles les soldats qui, un jour, serviraient à ses côtés, sa mère lui donna le nom de Lalibela : "celui dont les abeilles reconnaissent la souveraineté". Devenu roi, Lalibela ordonna la construction de onze églises majestueuses, taillées dans le tuf.

Transfert : 8h/9h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J13 : Lalibela

Journée complète pour découvrir les trésors de Lalibela ; un moment fort du voyage ! Ces églises, dont certaines sont entièrement monolithiques furent creusées du toit vers la base. Surnommé la « Jérusalem Noire », le site reproduit les lieux saints reliés par un système de galeries et de souterrains, répartis de part et d’autre d’un cours d’eau symbolisant le Jourdain. Lalibela n’a pas encore dévoilé tous ses secrets ! De nombreuses questions relatives aux techniques architecturales employées occupent bien des spécialistes. Le matin, visite des églises situées dans la partie nord du site : Beta Medhanialem, l’église la plus grande et la plus haute et Beta Mariam, l’église préférée du roi Lalibela qui présente des décorations et des symboles de croix latines. Poursuite avec la découverte des églises Beta Meskel, Beta Denaghel, Beta Michael et Beta Golgotha. L’après-midi est entièrement consacrée à la découverte du groupe sud. Chacune de ces églises possède sa propre histoire, enrichie de légendes puissamment ancrées dans la culture populaire. Nombreuses peintures religieuses, symboles et énigmes… Découverte de Beta Emanuel, considérée comme la plus jolie église monolithique éthiopienne, de style axoumite, Beta Merkorios, Beta Gabriel et Raphael et Beta Abba Libanos qui d’après les traditions, fut construite en une seule nuit par la femme du roi Lalibela avec l’aide des anges... Nous achevons la visite du site avec l’église en forme de croix, la plus emblématique de la cité, Beta Ghiorghis (Saint Georges).

Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Les 15 et 16 avril 2017 (J13-J14), participation aux fêtes de FASIKA à Lalibela.
Pâques, Fasika pour les Ethiopiens, est certainement l’une des plus prestigieuses fêtes rythmant le calendrier orthodoxe. Célébrée après une période de cinquante-cinq jours de carême, elle commémore la Résurrection avec un faste tout particulier. Le soir venu, nous assistons aux cérémonies de Fasika dans les églises ; les prières célébrées par les prêtres sont ponctuées de chants et de danses religieuses (joueurs de tambours, de sistres). Les fidèles viennent s’installer dans les cours des églises pour chanter, prier, parfois dormir, tous revêtus de leur gabi blanc éclatant qui contrastent avec les lourdes chasubles de velours chamarré des prêtres. La musique religieuse orthodoxe est assez épurée. Associée à la majesté des églises de Lalibela, l’ambiance est assez hypnotique et transporte dans les temps anciens…
Ces manifestations retissent les fils d'une civilisation qui plonge ses racines dans la tradition légendaire de l'Arche d'Alliance qui serait conservée dans le sanctuaire d'Axoum. Dans la théologie orthodoxe du christianisme, la mort et la résurrection du Christ revêtent une bien plus grande importance que sa naissance.

J14 : Eglise Yemerhana Kristos, marche > hauteurs de Lalibela

Ce matin, un peu au nord de la ville, découverte de l’église rupestre de Yemerhana Kristos, sanctuaire remarquable par son architecture et sa décoration intérieure. Ce joyau de l’art médiéval éthiopien fut bâti aux XIe-XIIe siècles dans une grotte. Après la visite de cette belle église, retour sur Lalibela et belle balade à pied sur les hauteurs de la ville jusqu’au piton rocheux d’Asheten. Départ depuis l’église de Naakuto Lab, sanctuaire construit à l’intérieur d’une grande caverne de basalte. Par un petit sentier, montée jusqu’à Asheten Maryam, église monolithique magnifiquement située et surplombant Lalibela. Le trésor est constitué de nombreuses croix dont celles de cuivre et de bronze qui auraient appartenu, selon la tradition, aux rois Lalibela et Naakuto Lab. Redescente sur Lalibela par un autre chemin à travers champs cultivés et petits hameaux. En fin de journée, dégustation du tedj, sorte d’hydromel éthiopien.

Transfert : 2h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de balade : 3h/4h
Dénivelé : +500 m
Dénivelé : -500 m

J15 : Vol Lalibela > Addis-Abeba, Addis-Abeba, vol de retour

Vol intérieur en matinée pour Addis-Abeba. Mise à disposition d’une chambre d’hôtel pour se reposer. Après-midi libre et derniers achats dans la capitale. Selon l’horaire du vol retour, dîner d’adieu avec spectacle de danses et musiques traditionnelles avant un transfert à l’aéroport pour le vol sur Paris.

Repas : BLD

J16 : Arrivée à Paris

Les temps de marche indiqués ne tiennent pas compte des pauses. Ils sont bien sûr indicatifs et peuvent varier d'un participant à un autre ou selon les conditions climatiques.

Les temps de transfert indiqués ne tiennent pas compte des pauses ni des aléas inhérents à tout voyage d'aventure (dégradation de routes, pannes, travaux, trafic...). Ils sont bien sûr donnés à titre indicatifs et peuvent être supérieurs.