Exploration dans le Kaokoland
Namibie NA 703 Randonnée

Voyage au Kaokoland : randonnées dans les vallées de Hartmann, Marienfluss, Purros

22 jours - 4 jours de marche 4 à 12 pers. Modéré 9/20 Voir les avis voyageurs
Carte 1 du circuit

Partager

Vous aimerez aussi...

  • Itinéraire afrique
  • Dates et prix afrique
  • Infos pratiques afrique

Au coeur du Kaokoland, ce voyage exceptionnel en véhicule tout-terrain et à pied vous immerge dans les paysages semi-désertiques grandioses des Vallées de Hartmann, Marienfluss, Purros… Sauvages, ces grands espaces sont fréquentés par les éléphants du désert et les rhinocéros noirs... Pimentée par les rencontres avec les pasteurs Himbas, l’aventure n’en oublie pas les incontournables du pays : le Parc d’Etosha, les dunes de Sossusvlei, Swakopmund.

Points forts

• LE circuit "Aventure" pour découvrir les spots secrets du Kaokoland
• 8 jours d'exploration au cœur d'une région exceptionnelle et sauvage
• Un accompagnateur français, spécialiste et amoureux de ces régions isolées
• La faune riche et variée en dehors des parcs et au cœur de paysages fascinants
• Les rencontres avec le peuple Himba

Les plus Tirawa

• Des déplacements en 4x4 donnant accès aux confins du Kaokoland
• Un voyage en pension complète
• Toutes les entrées dans les parcs et sites visités incluses

Niveau

Modéré 9/20 Voir le tableau des niveaux  Quelques journées ou demi-journées de marche réparties sur l’ensemble du voyage. Dans le Kaokoland et Damaraland, itinéraire loin de toute commodité avec de nombreuses nuits en bivouac. Longs transferts sur pistes parfois accidentées pouvant rendre le voyage fatiguant. C'est un voyage d'aventure où les aléas sont possibles : esprit d'aventure et souplesse indispensables !

J1 : Vol au départ de Paris

J2 : Windhoek

Arrivée à l’aéroport de Windhoek en milieu de journée. Accueil par un représentant de notre équipe locale et installation à l’hôtel dans un quartier résidentiel de Windhoek, capitale de la Namibie à l’ambiance de petite ville provinciale ! Fin de journée libre pour se reposer.

Transfert : 0h30
Hébergement : Guesthouse
Repas : D

J3 : Windhoek > Parc national d’Etosha : Okaukuejo

Après le petit-déjeuner, rencontre avec le chauffeur-guide francophone qui nous accompagne pour tout le reste du voyage. Départ immédiat en 4x4 en direction du nord et passage par la petite ville d’Otjiwarongo, important centre d’élevage et de commerce de bétail. Entrée dans le Parc national d’Etosha et installation au camping d’Okaukuejo que nous atteignons à la mi-journée. Ce parc offre sans conteste l’un des plus beaux tableaux de vie sauvage du monde : 114 espèces de mammifères, 110 espèces de reptiles et 340 variétés d’oiseaux dont environ un tiers sont des migrateurs. Après-midi de safari au sein de cette immense réserve animalière pour un premier contact avec la grande faune africaine ! De nombreux points d’eau jalonnent le parcours et permettent une observation aisée de la faune sauvage lorsqu’éléphants, zèbres, gnous, girafes, springboks, guépards ou lions viennent s’abreuver ! En fin de journée, retour au campement d’Okaukuejo situé à proximité d’un point d’eau aménagé et éclairé la nuit. Depuis le camp, il n’est pas rare de voir le déplacement de nombreux animaux venant se désaltérer. Ambiance garantie notamment au coucher du soleil !

Transfert : 6h
Hébergement : Camping
Repas : BLD
Lors de notre safari à Etosha, nous aurons de grandes chances d'observer de nombreux animaux... Il va de soi que l'observation de toute la faune africaine n'est jamais garantie, certaines espèces étant plus difficile à apercevoir que d'autres.

J4 : Safari > Parc national d’Etosha > Hobatere

Journée complète de safari sur le territoire ouest du parc Etosha, l'une des plus grandes réserves animalières d’Afrique tire son nom d’Etosha Pan, une vaste dépression de 120 km de long sur 72 km de large, à l’origine mer intérieure, devenue lac salé. Le lac s’est progressivement desséché il y a environ 12 millions d’années laissant place à cette étendue blanche. Nous empruntons une piste traversant cette partie ouest préservée et peu fréquentée. Observation de nombreux animaux tout au long de l’itinéraire avec de bonnes chances d’apercevoir les rhinocéros noirs et les zèbres de Hartmann. Nous quittons le parc à Galton Gate et installons notre campement en fin d’après midi à Hobatere dans un petit camping de brousse aménagé par les populations locales.

Hébergement : Camping
Repas : BLD

J5 : Hobatere > Ruacana, marche > Fleuve Kunene

Départ vers le nord pour rejoindre la frontière avec l’Angola et la bourgade de Ruacana. Visite au passage des chutes de Ruacana qui ne sont en eau que de janvier à mai. Elles ont perdu de leur splendeur passée lors de la création d’un barrage hydroélectrique en amont. Poursuite le long d’une petite piste longeant le fleuve Kunene et installation du campement dominant les berges. En fin d’après-midi, balade le long du cours d’eau marquant la frontière avec l’Angola. Découvertes de ses rives verdoyantes, ces nombreux oiseaux et possibilité de voir des crocodiles.

Transfert : 6h
Hébergement : Camping
Repas : BLD
Heures de marche : 1h30

J6 : Ruacana > Chutes d’Epupa

Nous longeons le fleuve en 4x4, en direction de l’ouest. En chemin, de nombreux arrêts dont l’un pour découvrir des baobabs qui bordent la route après Okongwati. Arrivée aux Chutes d’Epupa et installation des tentes dans un camp aménagé sous une belle palmeraie. Dans l’après-midi, balade pour aller découvrir les différents points de vue de ce magnifique ensemble de chutes immergé dans une oasis de palmiers. Dans cette terre inhospitalière du Kaokoland, un étonnant cordon de verdure longe toute la rivière. De l’autre côté de la rive, c’est l’Angola. Nous profitons d’un joli coucher de soleil sur les hauteurs avant de rejoindre le camping.

Transfert : 4h
Hébergement : Camping
Repas : BLD
Heures de marche : 2h

J7 : Rencontre avec les Himbas, Epupa > Opuwo > Nord Hoarusib

En compagnie d’un guide local himba, découverte de villages himbas. Rencontre avec cette ethnie pour découvrir leurs us et coutumes tout à fait particuliers. Les femmes ont pour tradition de s’enduire le corps et les cheveux d’un mélange de terre ocre, d’herbes aromatiques et de cendres...leur donnant cet aspect rougeâtre. Sur les 30 000 Himbas recensés, environ la moitié a adopté un mode de vie occidental. Nous reprenons la piste pour Opuwo, principale ville de la région où se mêlent harmonieusement des femmes Himbas en tenue traditionnelle, des femmes de l’ethnie Herero vêtues de grandes robes allemandes, héritage de l’époque coloniale ainsi que d’autres autochtones habillés à la dernière mode occidentale... Un beau melting-pot ! Après un ravitaillement conséquent (en nourriture, eau et essence) pour être totalement autonome sur plusieurs jours, nous débutons notre exploration dans le Kaokoland sauvage et très loin des sentiers battus. Pour les prochains jours, nous allons avoir le privilège de découvrir des paysages de bout du monde et une faune adaptée à ces milieux arides. Aucune clôture ne délimite ce territoire ; gibiers et prédateurs vivant ici en totale liberté dans un espace ouvert et sauvage. A travers les montagnes, cap vers l’ouest en direction de la Hoarusib. Cette rivière asséchée une grande partie de l’année, nous servira de lieu de bivouac avant de nous enfoncer dans les confins du Kaokoland.

Transfert : 8h
Hébergement : Camping
Repas : BLD

J8 : Exploration du Kaokoland : Nord Hoarusib > Vallée de Marienfluss

Après le démontage du camp et le petit-déjeuner, la piste sillonne un univers minéral dans lequel nous apercevons des pasteurs himbas et leurs troupeaux qui partagent le territoire avec la faune sauvage : springboks, autruches, oryx, zèbres de Hartmann, girafes... Au terme d’un passage montagneux assez technique, nous atteignons le Red Drum qui signale l’entrée de la Marienfluss, immense et belle vallée où le sable ocre est parsemé des fameux "cercles de fées" dont l’explication reste encore mystérieuse. Nous retrouvons la Kunene et installons notre camp sur les berges du fleuve à Otjinungwa dans un agréable camping géré par la communauté locale. Belle balade à pied en amont, le long du cours d’eau jusqu’au coucher du soleil.

Transfert : 5h
Hébergement : Camping
Repas : BLD
Heures de marche : 1h30

J9 : Exploration du Kaokoland : Vallée de Marienfluss > Vallée de Hartmann

Après avoir découvert les rapides d’Otjinungwa, nous empruntons une petite piste méconnue qui traverse les montagnes de Hartmann pour nous retrouver dans la vallée du même nom. Nous sommes loin de tout… Sensation d'isolement garantie ! Rencontre possible avec des pasteurs himbas en quête des rares points d’eau et du maigre pâturage de ces régions reculées. A l’approche de la Vallée de Hartmann, découverte de paysages grandioses où se mêlent dunes et roches stratifiées ; plusieurs points de vue spectaculaires sur la Kunene. Le fleuve et ses berges verdoyantes contrastent avec les sables du Namib se jetant dans l’eau rive sud et les montagnes arides de Serra Cafema, au nord, en Angola. Installation de notre camp en plein désert pour deux nuits.

Transfert : 5h
Hébergement : Camp
Repas : BLD

J10 : Exploration du Kaokoland : marche > Vallée de Hartmann

Afin de s’imprégner de toute la beauté des lieux, nous partons pour une randonnée à la journée jusqu’au fleuve Kunene, là où les dunes se jette dans l’eau. La vallée de Hartmann constitue un véritable décor de rêve, que nous découvrons au gré de cette belle marche, ponctuée de nombreux panoramas ! Remontée par le même chemin et retour au campement en fin d’après-midi.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 6h

J11 : Exploration du Kaokoland : Vallée de Hartmann > Vallée du Khumib

Par une piste longeant le Parc national de la Skeleton Coast (interdit d’accès), descente vers le sud et traversée de dunes en croissant (barkhanes), fréquentées ici et là par des troupeaux d’oryx et de springboks qui semblent nous regarder passer avec étonnement. En fin d’après-midi, nous rejoignons les paysages désertiques grandioses de la vallée du Khumib. Nuit en bivouac en plein désert sur les bords du lit de la rivière.

Transfert : 6h
Hébergement : Camp
Repas : BLD

J12 : Exploration du Kaokoland : Vallée du Khumib > Gorges du Hoarusib > Purros

Nous continuons notre progression vers le sud, toujours le long de la Côte des Squelettes jusqu’au lit de la rivière Hoarusib où des châteaux d’argiles, étonnantes formations géologiques, se sont agglomérés. Remontée de magnifiques gorges (si le cours d’eau est accessible en 4x4),  véritable oasis de verdure où l’eau est permanente. Nous roulons dans cette eau courante auprès de laquelle vivent de très nombreux oiseaux. Nous aurons de grandes chances d’observer nos premiers éléphants du désert.  Cette population de pachydermes spécifiques est estimée à 600 membres seulement. Leur adaptation à un environnement plus hostile les différencie des autres éléphants vivant dans des conditions optimales. Il n’est pas rare qu’ils parcourent plus de 70 kilomètres par jour à travers un terrain aride vers les points d’eau et les lieux de fourrages. Attention, l’observation de ces éléphants n’est pas garantie ! Dans le courant de l’après-midi, arrivée au village isolé de Purros. Installation au camping de la communauté locale pour deux nuits, où nous retrouvons un peu plus de confort (douche chaude).

Transfert : 4h
Hébergement : Camp
Repas : BLD

J13 : Exploration du Kaokoland : marche > Purros, à la recherche des éléphants du désert

Le matin, départ à pied de notre campement pour une randonnée en boucle à travers de grands espaces désertiques particulièrement esthétiques. Découverte des beautés naturelles environnantes, montagnes ocre-rouge, grande palmeraie et de l'oued de la Hoarusib que l’on domine à partir d’un joli point de vue. Nous aurons aussi certainement l’occasion de retrouver des pasteurs semi-nomades himbas qui fréquentent cette région de Purros de manière saisonnière. Dans l’après-midi, balade en 4x4 à la recherche des éléphants du désert et de la faune (springboks, céphalophe, oryx, girafes, autruches) qui évoluent en totale liberté et en dehors des parcs nationaux. Retour au campement au coucher du soleil.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 4h

J14 : Purros > Vallée de Hoanib, à la recherche des éléphants du désert

Après avoir traversé un plateau dénudé, et rencontré zèbres, oryx ou encore springboks, nous rejoignons en fin de matinée le lit de l’oued Hoanib, autre rivière éphémère marquant la frontière entre les régions du Damaraland et du Kaokoland. Ce canyon, plus large que celui du Hoarusib et souvent sablonneux, abrite une végétation de type acacias, mopanes, roseaux….C’est un petit paradis de verdure au cœur d’une région montagneuse particulièrement désertique. Il attire toute une faune sauvage et plus particulièrement les éléphants du désert. Découverte de paysages insolites et variés où les animaux se sont particulièrement bien adaptés aux conditions arides. Par endroits, quelques belles dunes viennent buter sur les montagnes volcaniques. En fin d’après midi, installation de notre bivouac sur les bords de l’oued.

Transfert : 6h
Hébergement : Camp
Repas : BLD

J15 : Vallée de Hoanib > Sesfontein > Palmwag (Damaraland)

Poursuite de notre exploration dans le lit de la rivière Hoanib. Cet écosystème très fragile est l'habitat d'une faune diversifiée que nous tenterons d’observer une dernière fois avant de retrouver la piste principale. Après un passage à Sesfontein, important village et ancien fort allemand, piste vers le sud pour Palmwag. Traversée de très beaux paysages de montagnes tabulaires où quelques mopanes et acacias parsèment les immenses étendues d’herbes jaunes. Cette région du Damaraland se distingue en Namibie par ses immenses étendues de savane dorée, ses plateaux tabulaires et ses escarpements rouges flirtant avec les paysages de western. Déjeuner en route et installation de notre campement à Palmwag.

Transfert : 4h
Hébergement : Camping
Repas : BLD

J16 : Palmwag > Cape Cross > Swakopmund

Route vers la côte en direction de Cape Cross où le navigateur portugais Diego Cao fut le premier Européen à accoster en 1486. Observation d’une colonie de plus de 100 000 otaries à fourrure du Cap, un spectacle à la fois visuel et auditif impressionnant ! Poursuite le long de la côte atlantique pour atteindre Swakopmund, petite ville balnéaire située au nord du désert du Namib. Imaginez une « Deauville germanique" du début du XXe siècle qui aurait gardé un étrange parfum d’époque bismarckienne, bordée de palmiers, enveloppée dans un brouillard romantique au bord d’un océan Atlantique houleux, posée sur un sable de désert brûlant.... C’est la grande station balnéaire des Namibiens et des Sud-Africains dont le loisir principal est la pêche. Souvent, cette côte est étonnamment prise dans un couvert nuageux qui s’explique par le contraste thermique entre le courant froid de Benguela qui remonte de l’Antarctique le long de l’océan Atlantique et la chaleur du Namib. Installation dans notre hôtel pour deux nuits, idéalement situé dans un endroit calme, à deux pas du centre-ville et de la mer. Nous retrouvons la civilisation et le confort après notre expédition sauvage !

Transfert : 6h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J17 : Walvis Bay (sortie en mer en catamaran) > Swakopmund

Ce matin, cap pour la ville de Walvis Bay, ancienne enclave sud-africaine rattachée à la Namibie en 1994. Il s’agit du plus grand port du pays et le seul en eau profonde entre Luanda (Angola) et Cape Town (Afrique du Sud), soit une distance de 3000 km ! Départ pour une promenade en mer à bord d'un catamaran confortable à moteur (3h). Découverte de Bird Island qui sert de refuge à une centaine de cormorans du Cap, de Pelican Point abritant des colonies d’otaries, de flamants rose et de pélicans. Au cours de cette sortie en bateau, rencontre possible avec des dauphins qui peuplent les eaux de la lagune de Walvis Bay. Déjeuner rapide servi à bord. Retour à Swakopmund en début d’après-midi et temps libre pour visiter la ville et ses édifices à l’architecture germanique étonnante, faire des achats ou encore pratiquer l’une des activités en option (survol des dunes de Sossusvlei en avion léger, quad dans les dunes aux alentours de Swakopmund...).

Transfert : 1h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J18 : Swakopmund > Solitaire > Sesriem (Parc national Namib Naukluft), marche > Elim Dune

Nous quittons la fraîcheur du littoral pour rejoindre le Parc national du Namib-Naukluft. La route plonge dans le canyon de Kuiseb ; ce lit de rivière souvent asséché est très important en Namibie car il arrête la progression des dunes du Namib vers le nord. Passage par Solitaire, hameau perdu qui jouit d’une réputation étonnante. Il est composé d’une station essence rétro et d’une boulangerie qui produit quelques succulentes pâtisseries, le tout au milieu de carcasses de vieilles voitures ! En milieu de journée, arrivée au camping de Sesriem et installation du campement. Pique-nique et repos aux heures chaudes de la journée. Plus tard dans l'après-midi, balade au cœur des belles dunes rouges d’Elim. Coucher de soleil extraordinaire sur les dunes alentours et les montagnes du Naukluft.

Transfert : 5h
Hébergement : Camping
Repas : BLD
Heures de marche : 2h

J19 : Marche > Parc national du Namib-Naukluft : Sossusvlei > Deadvlei > canyon de Sesriem

Aujourd’hui est une journée absolument unique qui demande de se lever très tôt ! Départ du camping à l’aube pour rejoindre les grandes dunes de Sossusvlei situées au cœur du désert du Namib. Auparavant inaccessible, car faisant partie de la zone diamantifère interdite, ce secteur a été ouvert au public en 1977. Toute la splendeur du Namib est concentrée à cet endroit ! Un parc national protégé avec une mer de sable à couper le souffle... Cette matinée est consacrée à la découverte de ces dunes géantes, parmi les plus hautes du monde dont certaines atteignent plus de 300 m de haut… En route, le soleil se lève tout juste, laissant apparaître sur ces montagnes de sable, des palettes d’ombres et de lumières. Quelques oryx et springboks déambulent nonchalamment dans ce paysage grandiose. Première marche pour atteindre la fameuse Dune 45. Le soleil embrase le sable alors que nous gravissons l’arête très marquée de cette dune incomparable (compter environ 1h de marche a/r). Nous reprenons ensuite le 4x4 pour rejoindre rapidement les dépressions de Sossusvlei et Deadvlei. Plusieurs options se présentent pour le reste de la matinée : soit gravir l’une de ces dunes aux premières heures du soleil pour un panorama à couper le souffle, soit marcher autour des dépressions, au pied des dunes... Quoi que l’on fasse, les paysages sont tout simplement exceptionnels ! L’ascension de Big Daddy se réalise en traversée avec la descente sur Deadvlei, remarquable cuvette argileuse au sol blanchi parsemée ça et là de silhouettes calcinées d’acacias (compter 2h30 de marche a/r et 350 m de dénivellation). L’ascension de Big Mama, moins physique et plus courte (compter 1h30 de marche a/r), domine quant à elle la cuvette de Sossusvlei. Des images plein la tête, retour au camp en milieu de journée pour le déjeuner. Dans l’après-midi, balade dans le surprenant canyon de Sesriem, formé par la rivière Tsauchab qui a creusé une gorge de 30 m de profondeur (marche de 1h environ).

Transfert : 2h
Hébergement : Camping
Repas : BLD
Heures de marche : 4h/5h

J20 : Sesriem > Windhoek

Après le petit-déjeuner, nous quittons les dunes en direction de l'est pour atteindre les plateaux du Khomas Hochland. Sur la piste, nous aurons peut-être la chance de croiser koudous, zèbres et oryx au milieu de paysages de montagne. Arrivée dans l'après-midi à Windhoek la capitale namibienne et installation dans notre guesthouse. Visite de ville et temps libre pour du shopping (centre artisanal).

Transfert : 5h
Hébergement : Guesthouse
Repas : BLD

J21 : Windhoek, vol de retour

Temps libre avant le transfert à l’aéroport et le vol de retour à destination de Paris.

Transfert : 0h30
Repas : B

J22 : Arrivée à Paris

Les temps de marche indiqués ne tiennent pas compte des pauses. Ils sont bien sûr indicatifs et peuvent varier d'un participant à un autre ou selon les conditions climatiques.

Les temps de transfert indiqués ne tiennent pas compte des pauses ni des aléas inhérents à tout voyage d'aventure (dégradation de routes, pannes, travaux, trafic...). Ils sont bien sûr donnés à titre indicatifs et peuvent être supérieurs.