Des Andes aux Galapagos
Équateur EC 602 Randonnée

Voyage aux Iles Galapagos, balades dans le Parc national du Cotopaxi et du Chimborazo

17 jours - 8 jours de balade 4 à 12 pers. Facile 6/20 Niveau de prestation : Confort Voir les avis voyageurs
Carte 1 du circuit
Carte 2 du circuit

Partager

Vous aimerez aussi...

  • Itinéraire ameriques
  • Dates et prix ameriques
  • Extensions ameriques
  • Infos pratiques ameriques

Les îles enchantées des Galapagos offrent un paysage volcanique spectaculaire. De balades en baignades, huit jours sur l’archipel vous permettent d’approcher oiseaux, reptiles, animaux marins ; une rencontre émouvante avec une vie animale sauvage, indifférente à l’homme. Sur le continent, d’une ville coloniale à l’autre, d’un volcan glaciaire à un marché indien, vous suivez la majestueuse Allée des Volcans. L’Equateur, riche de contrastes, vous charmera autant qu’il a séduit les premiers explorateurs !

Points forts

• 8 jours aux Galapagos pour une découverte en profondeur de l’archipel
• Une traversée intégrale des Andes le long de l’Allée des Volcans
• Des balades dans les paysages spectaculaires au pied du Cotopaxi et Chimborazo
• Le marché indien d’Otavalo, les villes coloniales de Quito et Cuenca, le site Inca d'Ingapirca

Les plus Tirawa

• Un voyage en pension complète
• Des hébergements de charme : haciendas, hôtels coloniaux, hôtel de bord de mer…
• Le même guide francophone d'un bout à l'autre du voyage, sur le continent comme aux Galapagos

Niveau

Facile 6/20 Voir le tableau des niveaux  Voyage accessible à tous. Aucune difficulté pour ce voyage qui ne comprend que des balades courtes, faciles et sans dénivelé significatif.

J1 : Vol Paris > Quito

Vol au départ de Paris pour Quito. Arrivée dans l’après-midi. Accueil à l’aéroport par notre guide local francophone et installation pour 2 nuits à l’hôtel Casona de la Ronda. L’hôtel se trouve à deux pas de la place Santo Domingo, au cœur de l’une des plus anciennes rues du centre colonial de Quito, du nom de « la Ronda », une ruelle qui a été entièrement restaurée ces dernières années et qui offre plusieurs restaurants, quelques boutiques et  ateliers d’art.

Transfert : 1h
Hébergement : Hôtel Casona de la Ronda ou similaire
Repas : D

J2 : Quito, visite et balade Volcan Rucu Pichincha

Encadrée de volcans, s’étirant dans une vallée fertile, Quito jouit d’une magnifique situation géographique. Ville indienne puis extension la plus septentrionale de l’empire inca, elle fut détruite par les Incas pour ne pas tomber aux mains des conquistadors espagnols. Nous consacrons la matinée à sa visite et déambulons dans son quartier historique, premier du continent américain à avoir été déclaré Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1978. Quito offre à ses visiteurs les souvenirs de l'époque coloniale : place de l’indépendance, cathédrale, église San Francisco, église de la Compagnie de Jésus (le joyau baroque de la ville), palais Présidentiel avec ses gardes en uniforme du XIXe siècle ... L’après-midi, nous prenons de la
hauteur et montons en téléphérique au sommet Cruz Loma à 4050 m d’altitude. Par temps dégagé, le point de vue est inoubliable sur la capitale et les plus hauts sommets équatoriens. Balade en direction du volcan Rucu Pichincha. Pique-nique en chemin. Descente en téléphérique et retour à l'hôtel pour la nuit.

Hébergement : Hôtel Casona de la Ronda ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 3h/4h
Dénivelé : +300 m
Dénivelé : -300 m

J3 : Otavalo (2530 m), balade > Lagune Cuicocha (3060 m)

Départ matinal pour Otavalo. Depuis des siècles, cette ville indienne accueille l’un des marchés les plus réputés des Andes. Ce matin, balade à travers les étals du marché qui se tient sur la Plaza de los ponchos, l'occasion de faire quelques emplettes. C’est un lieu de rencontres privilégié, très coloré où l’on trouve de magnifiques tissages, des chapeaux, des vanneries, des hamacs ... Nous y croisons aussi les Otavalenos, un peuple indigène prospère et organisé qui sert de modèle à toutes les communautés andines. Ils portent avec fierté de magnifiques costumes : les femmes s’habillent de blouses blanches brodées de fleurs, se couvrent les cheveux d’un foulard et se parent de colliers de perles dorées, les hommes eux, ont les cheveux tressés en une longue natte, sont vêtus d’un impeccable poncho bleu nuit et portent aux pieds des sandales de toile blanche proches de nos espadrilles. Après le déjeuner, nous rejoignons la lagune Cuicocha, à 3060 m d’altitude. Son nom « lac du cochon d’Inde » fait référence aux deux îlots arrondis qui se trouvent au milieu de la lagune et semblent blottis l’un contre l’autre. Balade autour du cratère que la nature a transformé en lagune ; l’occasion de découvrir une multitude de plantes andines et d’orchidées. Cette marche d’acclimatation se déroule au pied du volcan Cotacachi. Le paysage est ouvert et, par temps dégagé, la vue porte sur le volcan Imbabura et les cimes glaciaires du Cayambe et du Cotopaxi. En fin d’après-midi, nous nous installons pour la nuit dans une hacienda de charme, au pied du volcan Imbabura. L’Hacienda Las Palmeras est située à 5 km du célèbre marché indien d’Otavalo. Construite il y a 150 ans, elle a été restaurée avec goût et offre désormais des chambres chaleureuses.

Transfert : 3h30
Hébergement : Hacienda Las Palmeras ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 2h30/3h
Dénivelé : +300 m
Dénivelé : -300 m
En fonction de la météo et de la forme du groupe, la durée de la marche peut varier.

J4 : Otavalo > Mitad del Mundo > Parc National du Cotopaxi (3600 m)

La région d’Otavalo est depuis toujours réputée pour le savoir-faire de ses artisans ; chaque communauté, au fil du temps, s’est spécialisée dans tel ou tel artisanat. Ce matin, nous allons à leur rencontre, dans leurs maisons. Nous pourrons visiter un fabricant d’instruments de musique indigène (flûte de pan ; charango , instrument à cordes semblable à un luth avec à l'origine une carapace de tatou). Nous rendons visite à un tisserand utilisant toujours un métier à tisser traditionnel ou à un fabricant de ponchos, l’occasion d’observer leurs techniques de traitement et tissage de la laine et du cabuyo, l’agave, avec des explications sociologiques sur le monde indien. L'après-midi, route vers le sud en suivant la fameuse Allée des Volcans jusqu’aux abords du Parc National Cotopaxi. En chemin, découverte de la Mitad del mundo. Ce site, situé près du village de Cayambe, n'est pas très connu mais il s'agit de la vraie ligne équatoriale. Visite de l'énorme horloge solaire, le premier monument de la Mitad del mundo dans l'histoire de la République d'Equateur. Les guides locaux vous donneront une excellente explication de ce projet qui englobe des données d'astronomie, de géodésie, d'archéologie et de l'histoire du pays. Nuit dans une hacienda typique du paramo équatorien, située au pied de 4 volcans notamment le Rumiñahui, le Sincholagua et surtout le Cotopaxi. L’Hacienda El Porvenir est une ferme toujours en activité comme en témoigne ses corrals, son écurie et ses chevaux. Il s’agit d’une bâtisse traditionnelle, aux murs d’adobe couleur brique et aux toits de paille. Accueil champêtre et soirée chaleureuse autour de la vaste cheminée de pierre.

Transfert : 4h
Hébergement : Hacienda El Porvenir
Repas : BLD

J5 : Balade > Parc National du Cotopaxi. Route > Baños (1800 m)

Nous passons la matinée dans le magnifique Parc national du Cotopaxi dominé par le cône parfait du volcan Cotopaxi (5897m). En quechua, Cotopaxi signifie poétiquement le « cou de la lune ». Il s’agit du second sommet d’Équateur après le Chimborazo et c’est le volcan actif le plus haut du monde. La pureté de ses lignes et son aspect majestueux en ont fait l’emblème du pays. Nous sommes au cœur du paramo, paysage dégagé à l’herbe rase, où rien n’arrête le regard. Passage près de la laguna Limpiopungo (3890 m), lac peu profond qui accueille des colonies d’oiseaux. Nous empruntons une piste qui nous dépose à 4600 m d’altitude avant de monter à pied au refuge du Cotopaxi à 4800 m. Randonnée agréable et facile sur un large chemin tracé dans la cendre volcanique. Empruntant l’itinéraire suivi par les alpinistes qui tentent l’ascension du sommet, nous approchons au plus près du volcan. En fonction de la forme du groupe et de la météo, il sera possible de continuer jusqu’au glacier à 5000 m d’altitude. Retour au refuge puis descente pour retrouver notre véhicule. Cap à l’est, vers les vallées tropicales, pour rejoindre Baños, une agréable ville thermale située au pied du Tungurahua (5016 m). Ce volcan, extrêmement actif, oblige souvent les habitants à quitter leurs maisons pour quelques jours le temps qu’il se calme. Pour la première fois, nous quittons les Andes pour nous retrouver à basse altitude, au cœur d’une végétation verdoyante, tropicale où les soirées sont douces. Petit tour en ville pour visiter la basilique réputée dans tout le pays pour sa vierge miraculeuse. Baños, en plus de ses délicieux jus de canne à sucre, est connu pour ses fabriques de caramels mous que des artisans, sur le pas de porte de leur boutique, étirent et remettent sans fin sur une pièce en bois. Selon le temps disponible, petit détour vers un mirador pour une vue panoramique sur la région. Nous passons la nuit dans un charmant hôtel entouré d’un jardin luxuriant. Ceux qui le souhaitent pourront se relaxer dans les sources chaudes de la ville (entrée payable sur place, environ 4 usd).

Transfert : 3h
Hébergement : Hôtel Floresta ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 2h
Dénivelé : +200 m
Dénivelé : -200 m
Il faut compter 200 m de dénivelé supplémentaire pour atteindre le glacier.

Si l'activité du volcan Cotopaxi interdit l'accès au refuge, nous ferons une balade complémentaire autour de l'hacienda en plus de celle de la lagune Limpiopungo.

J6 : Baños > Parc National du Chimborazo > Riobamba (2750 m)

Départ matinal pour une splendide boucle autour du plus haut sommet du pays, le volcan Chimborazo (6310 m). Nous longeons d'abord son versant Nord, remarquable par ses puissantes langues glaciaires. Entrée par la route de Guaranda dans le Parc national du Chimborazo. Traversée de l'Arenal, zone aride et lunaire couverte de plantes endémiques et parcourue par des hardes de graciles et farouches vigognes. Camélidé, tout comme ses cousins lamas et alpacas, la vigogne est la seule espèce sauvage. Son poil extrêmement doux servait à confectionner les manteaux des empereurs incas. En fonction du temps disponible, possibilité de monter en véhicule jusqu’au premier refuge du Chimborazo à 4800 m. Nous quittons notre véhicule à 4800 m. L'altitude est élevée mais la marche facile vers le refuge Whymper, le plus haut du monde à 5000 m d’altitude. En chemin, vue spectaculaire sur la plus haute montagne d’Equateur qui a la particularité d’être le sommet le plus éloigné du centre de la terre. Du refuge, nous admirons les aiguilles Whymper que longeait la voie historique d’ascension. Retour au véhicule et descente dans la vallée par le sud. Arrivée à Riobamba, tranquille petite ville andine, entièrement reconstruite après le tremblement de terre de 1797. Nous passons la nuit à l’Hosteria Abraspungo. Depuis les jardins, nous profitons d’une jolie vue sur le volcan Chimborazo. Cette hacienda, confortable et paisible, a un style architectural métissé, typique des manoirs familiaux de la campagne équatorienne. Dîner et nuit à l’hosteria.

Transfert : 4h30
Hébergement : Hacienda Abraspungo
Repas : BLD
Heures de balade : 2h
Dénivelé : +200 m
Dénivelé : -200 m
Dénivelé de 200 m si nous montons au refuge Whymper à 5000 m d'altitude.

J7 : Riobamba > Ingapirca > Cuenca (2600 m)

Voyage spectaculaire à travers la Cordillère Occidentale et la vallée encaissée de la Nariz del Diablo. En chemin, bref arrêt pour découvrir la chapelle de Cajabamba, la plus ancienne église catholique d’Équateur. Arrivée sur le site inca d’Ingapirca, dans un cadre bucolique de vallons tapissés de champs cultivés. S’il n’a pas la magnificence des sites incas péruviens, il s’agit des ruines archéologiques les plus importantes d’Équateur. Les incas n’ont pas eu le temps de couvrir le pays d’édifices car, à l’arrivée des Conquistadors, ils ne dominaient les Canaris que depuis quelques décennies. La balade sur le site est intéressante car elle permet d’admirer le talent et découvrir les techniques des constructeurs incas (pierres polies, ajustement sans joints, fenêtres trapézoïdales...). Toujours plein sud, nous poursuivons notre route jusqu’à Cuenca, une des plus pittoresques villes d'Équateur. Arrivée en fin de journée et installation à l’hôtel Casa del Aguila, magnifique maison coloniale du XIXe siècle restaurée avec goût.

Transfert : 5h30
Hébergement : Hôtel Casa del Aguila ou similaire
Repas : BLD
Le trajet se fait en 2 fois : 2h30 pour Ingapirca et 2h pour Cuenca.

J8 : Cuenca > Guayaquil

Classée au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, Cuenca est sans conteste la plus jolie ville coloniale d’Équateur. Loin de l’agitation de la capitale équatorienne, elle distille une ambiance paisible. Balade matinale dans le quartier historique, jalonné de places, d’églises et de belles demeures coloniales. Nous découvrons notamment la cathédrale, célèbre pour ses deux dômes bleu pâles et le marché aux fleurs, une spécialité de la ville. Marche aussi dans le quartier El Barranco, avec ces maisons coloniales construites au sommet d’une falaise (d’où le nom du quartier) dominant la rivière Tomebamba. Nous visitons un atelier de fabrication des chapeaux de Panama (possibilité d’achat direct) car, comme chacun sait, ces célèbres couvre-chefs sont fabriqués… en Equateur ! La confusion vient du fait que ces chapeaux de paille avaient été adoptés par les travailleurs du canal de Panama. Après le déjeuner, départ en véhicule. Nous quittons les Andes pour descendre dans la plaine côtière. Arrivée à Guayaquil, la plus grande ville et le port principal d'Équateur. Installation à l'hôtel en centre-ville. Le soir, comme tous les locaux, nous déambulons le long du « malecon », large avenue bordant le fleuve Guayas, puis dans les quartiers historiques pleins de charme de Cerro Santa Ana et Las Penas, avec leurs étroites ruelles pavées, bordées de maisons colorées et dominant la ville.

Transfert : 4h
Hébergement : Hôtel Gran Hotel Guayaquil ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 2h
Aux Galapagos, notre équipe locale vous fournira le matériel de snorkeling (palmes, masque et tuba).

J9 : Vol Guayaquil > Archipel des Galapagos, île San Cristobal

Départ pour l´aéroport de Guayaquil et envol pour l’archipel des Galapagos. Rendu célèbre par Charles Darwin, illustre savant du XIXème s. qui élabora ici sa théorie de l’évolution des espèces, l’archipel des Galapagos est aujourd’hui l’un des rares lieux sur notre planète où la faune, en partie endémique, règne en maître et semble indifférente à la présence humaine.
D’origine volcanique, les îles Galapagos sont situées en plein océan Pacifique, à près de mille kilomètres au large des côtes de l'Equateur. L’archipel compte des dizaines d’îles, îlots ou rochers mais seules 4 sont habitées et nous en découvrons 3 à l’occasion de notre séjour. Balade, baignade, observation des oiseaux et rencontre avec une faune maritime et terrestre étonnante rythment nos journées. Nous atterrissons sur l’île de San Cristobal, au sud-est de l’archipel. 5ème par la taille mais seconde par la population, San Cristobal est la seule île à disposer d’eau douce. Pour un premier contact avec la faune, découverte de la Lobería, qui accueille notamment une impressionnante quantité d’otaries en liberté. Cette jolie plage de sable blanc, proche de l’aéroport de San Cristobal, est bordée d’une flore abondante et variée. Nous y verrons également des iguanes de mer, des mouettes à queue d’aronde et des phaétons à bec rouge. Première baignade et snorkeling (nage avec palmes, masque et tuba) ! Retour à Puerto Baquerizo, capitale administrative de l’archipel et installation pour 2 nuits dans un charmant petit hôtel.

Hébergement : Hôtel Pimampiro ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 1h
L'arrivée est prévue en début d'après-midi sur l'île San Cristobal mais les horaires sont variables en fonction des disponibilités et du vol réservé.
A l'aéroport de Guayaquil, vous devrez vous acquitter d'une taxe de 20 usd puis à l'aéroport de Baltra des droits d'entrée au parc national des Galapagos (100 usd / personne).
Nous vous conseillons de partir avec un bagage de maximum 13 kg (11 pour le bagage en soute et 2 kg pour le bagage à mains) car c'est la limite de poids autorisé pour le vol Isabela / Baltra du jour 16. En cas de dépassement, vous devrez régler un supplément d'environ 2.20 usd / kg. Vous pourrez laisser une partie de vos affaires à notre équipe locale à Guayaquil. Elle vous les rapportera à l'aéroport le jour 16 lors de votre retour dans cette ville.

J10 : Ile San Cristobal, bateau a/r > Ile Leon Dormido

Départ en bateau et cap au nord-est vers l’île inhabitée de Leon Dormido,  « le lion endormi » dont le nom évoque la forme de ses rochers. L’érosion a creusé la roche jusqu’à la diviser en deux îlots. Nous naviguons au milieu et observons des colonies de frégates, fous à pattes bleues et fous masqués. Baignade en compagnie des otaries. Avec un masque, il est possible d’observer raies, tortues marines, requins à pointe blanche (rassurez-vous ils sont inoffensifs) et avec un peu de chance des requins marteaux. Retour sur l’île de San Cristobal dans l’après-midi. En fonction de notre envie, temps libre ou visite du centre d'interprétation qui donne un aperçu de l'histoire des îles Galápagos, dans son contexte naturel, humain et de conservation.

Hébergement : Hôtel Pimampiro ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 1h
Il faut compter 2h/2h30 de navigation aller-retour entre l’île San Cristobal et Léon Dormido.

J11 : Ile San Cristobal, bateau > île Santa Cruz

Nous empruntons la seule route de l’île jusqu’à El Progreso au pied du Cerro San Joaquín. Ce dernier, culminant à 896 m, est le point le plus élevé de San Cristóbal. La dernière partie se fait à pied le long d’une piste, jusqu’à atteindre la lagune El Junco à 700 m d’altitude. C’est l’une des rares réserves d’eau douce des Galapagos. Magnifique paysage avec une végétation abondante de miconias et de fougères endémiques. Retour au village et embarcation à bord d’un bateau rapide. Après 2h30 de navigation, nous débarquons à  Puerto Ayora, sur l’île de Santa Cruz, au centre de l’archipel. Installation pour deux nuits à l’hôtel.

Hébergement : Hostal Mainao ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 1h
Dénivelé : +200 m
Dénivelé : -200 m

J12 : Ile Santa Cruz, balade

Court trajet jusqu’au centre de l’île de Santa Cruz puis visite d'une réserve de tortues géantes, l'occasion de les observer dans leur habitat naturel. Nous découvrons ensuite un tunnel de lave, univers minéral surréaliste (20 mn de balade). La journée se finit en beauté sur la plage de Garrapatero où, en compagnie des flamants, nous pouvons nous baigner dans des piscines naturelles remplies par l’eau des marées hautes. Retour à Puerto Ayora, la ville la plus animée de l’archipel.

Hébergement : Hôtel Mainao ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 1h

J13 : Ile Santa Cruz, bateau > Ile Isabela, balade

Ce matin, nous embarquons à bord d’un bateau rapide pour atteindre l’Île Isabela, la plus grande des Galápagos. Traversée magnifique face aux volcans d’Isabela. Débarquement dans le village de Puerto Villamil et installation pour trois nuits dans un hôtel de charme, au bord de la plage et caché par les cocotiers. L'après-midi, balade sur les sentiers du littoral, dans les humedales, zone mélangeant marais côtiers, plages, forêts, mangroves et lagunes saumâtres. Le chemin est fréquenté par les iguanes et de nombreux échassiers. Arrivée sur les bords de la lagune des flamants roses. Visite du centre d’élevages des tortues géantes. Pour finir la journée en beauté, courte navigation jusqu’à l’îlot Tintoreras, peuplée d’iguanes marins et d’oiseaux. Les eaux claires et calmes sont appréciées par les requins à pointe blanche qui viennent s’y reposer. Nous observons des lions de mer, des pélicans et, plus surprenant, le pingouin des Galapagos, unique de son espèce à vivre dans une région équatoriale. Retour à l’hôtel pour la nuit.

Hébergement : Hôtel Casa Marita ou Casita de la Playa ou similaire
Repas : BLD
A l'arrivée sur Isabela, vous devrez payer la taxe d'entrée sur l'île de 5 usd / personne.

J14 : Île Isabela, balade > Volcan Sierra Negra

Île spectaculaire, avec son alignement de cinq volcans jeunes et actifs, Isabela est la plus grande des Galapagos. Paisible, elle est aussi remarquable par la richesse de sa flore, de sa faune et abrite de nombreuses espèces d’oiseaux notamment d’immenses colonies de frégates tournoyant dans le ciel. Un court trajet nous dépose au hameau de Santo Tomas, point de départ d’une magnifique randonnée sur les flancs du volcan Sierra Negra. La dernière éruption remontant au 22 octobre 2005, c’est à travers un décor d’activité volcanique récente que nous marchons jusqu'au bord du cratère. Vue impressionnante sur sa caldera de 7 km de large sur 10 km de long, la plus grande des Galapagos. Il est possible de continuer vers le volcan Chico, lui aussi en activité. Depuis le Mirador del Mango, nous découvrons  toute la partie sud de l’île. Retour à Puerto Villamil et baignade dans la baie de Concha y perla, « la baie des perles et des coquillages », en compagnie de tortues, raies et pingouins.

Hébergement : Hôtel Casa Marita ou Casita de la Playa ou similaire
Repas : BLD
Heures de balade : 5h
Dénivelé : +300 m
Dénivelé : -300 m

J15 : Île Isabela, excursion en bateau et snorkeling

Journée complète d'excursion où nous pourrons nous baigner et faire 2 belles plongées de surface. Nous démarrons par une navigation jusqu’au site de snorkeling appelé "El Finado". Baignade avec palmes, masque et tuba qui permet d'admirer, avec un peu de chance, des tortues marines, des requins “Tintoreras”, des raies dorées, des raies aigles, des hippocampes et bien sûr une grande variété de poissons. Nous nous dirigeons ensuite vers un des plus beaux paysages des Galápagos, appelé "Los Túneles". Ces tunnels de la lave se sont formés lors d’anciennes éruptions. En s’effondrant, ils ont laissé place à des arcs rocheux au-dessus de l’eau. Le site est splendide et la plongée de surface interessante. Il est possible de voir des otaries voltiger entre les arcs, des pingouins, des fous à pattes bleues et des hippocampes. Retour sur le bateau et pique-nique à bord avant de débarquer sur un îlot où nous pourrons prendre des photos et profiter des paysages. Retour à l’hôtel dans l'après-midi.

Hébergement : Hôtel Casa Marita ou Casita de la Playa ou similaire
Repas : BLD
L'excursion dure environ 6h. Il y a environ 45 mn de navigation par trajet et nous restons 45 mn sur chacun des sites de baignade.

J16 : Vol > Baltra > Guayaquil (ou Quito), vol de retour

C’est à regret que nous quittons les Galapagos. Un saut de puce par un vol inter-îles nous dépose sur l’aéroport de Baltra puis vol à destination de Guayaquil (ou Quito). Si passage par Guayaquil, un membre francophone de notre équipe locale nous assiste jusqu’à l’enregistrement pour notre vol international. Si escale à Quito, temps libre à l'aéroport en attendant le vol retour. En soirée, vol retour pour la France.

Repas : B
Le vol Isabela > Baltra n'est pas garanti. Il dépend de la disponibilité au moment de la réservation. Il peut arriver que le trajet vers l'île de Baltra se fasse en bateau rapide.
Si le groupe est de plus de 8 personnes et si l'on a la disponibilité, il faudra prendre 2 vols vu la taille des avions .
Attention, pour le vol Isabela / Baltra, le poids total autorisé est de 13 kg (11 kg pour le bagage en soute et 2 kg pour le bagage à mains). En cas de dépassement, vous devrez régler un supplément d'environ 3 usd / kg. Vous pourrez laisser une partie de vos affaires à notre équipe locale à Guayaquil. Elle vous les rapportera à l'aéroport le jour 16 lors de votre retour dans cette ville.

J17 : Arrivée à Paris

Les temps de marche indiqués ne tiennent pas compte des pauses. Ils sont bien sûr indicatifs et peuvent varier d'un participant à un autre ou selon les conditions climatiques.

Les temps de transfert indiqués ne tiennent pas compte des pauses ni des aléas inhérents à tout voyage d'aventure (dégradation de routes, pannes, travaux, trafic...). Ils sont bien sûr donnés à titre indicatifs et peuvent être supérieurs.