Grande Traversée de la Cordillère Royale
Bolivie BO 401 Trekking avec sommet glaciaire

Trek dans la Cordillère Royale : Ascension du Pequeno Alpamayo et ascension Huayna Potosi

22 jours - 16 jours de marche 4 à 12 pers. Très soutenu 17/20 Voir les avis voyageurs
Carte 1 du circuit

Partager

Vous aimerez aussi...

  • Itinéraire ameriques
  • Dates et prix ameriques
  • Extensions ameriques
  • Infos pratiques ameriques

La Cordillère Royale, fantastique terrain de jeu pour amateurs de grands trekkings ! Voici une aventure d’envergure, entre lac Titicaca et bassin amazonien, au fil des 160 kilomètres de ce massif préservé, à la découverte d’une myriade de sommets dépassant les 6000 m. Flirtant avec les glaciers, franchissant de multiples hauts cols, campant souvent au bord d’une lagune multicolore, vous parcourez d’un bout à l’autre la plus célèbre des Cordillères boliviennes, partageant aussi la vie des indiens Aymaras. Et pour les trekkeurs épris d’altitude, en option, l’ascension de deux très beaux sommets glaciaires, le Pequeno Alpamayo et le Huayna Potosi, l’occasion de passer la mythique barre des 6000 mètres ! Ce programme est un "must", qui n’a rien à envier à d’autres mythiques grands trekkings… alors, laissez-vous tenter !

Points forts

• Une traversée intégrale de la Cordillère Royale
• Des camps de rêve au bord de lagunes colorées
• Des ascensions glaciaires facultatives, Pequeno Alpamayo (5410 m), Huayna Potosi (6088 m)
• Un séjour dans la communauté indienne de Tuni pour découvrir sa vie quotidienne
• L’acclimatation sur les îles du lac Titicaca

Les plus Tirawa

• Un voyage tout compris (pension complète sauf 1 déjeuner, entrée des sites)
• un caisson hyperbare

Niveau

Très soutenu 17/20 Voir le tableau des niveaux  2 jours de balade d’acclimatation avant 14 jours de marche pour les trekkeurs et 12 jours de marche + 2 ascensions (Pequeno Alpamayo (5410 m) et Huayna Potosi (6088 m) pour ceux qui tentent les sommets. L’altitude maximale durant le trek est de 5160 m. Nombreuses nuits à haute altitude (14 au-dessus de 4000 m), traversée de nombreux cols, étapes soutenues, marche souvent hors sentier font de ce voyage un itinéraire d’envergure réservé aux trekkeurs confirmés.

J1 : Vol au départ de Paris

J2 : Arrivée > La Paz (3600 m)

Arrivée sur l’Altiplano à plus de 4000 m d’altitude ! Notre guide francophone nous accueille à l’aéroport. Un peu « essoufflés », nous prenons la direction de La Paz, capitale la plus haute du monde. Dominée par le géant enneigé Nevado Illimani (6 400 m), située dans un cirque de toute beauté, la ville s’étend sur plus de 600 m de dénivelé. Arrêt pour profiter d’un magnifique point de vue : les quartiers pauvres tapissent les pentes de leurs maisons de briques tandis que le centre colonial et les gratte-ciels occupent le fond de vallée. Installation à l’hôtel dans les quartiers coloniaux au bas de la ville à 3 600 m. Fin de matinée libre pour s’acclimater et se reposer. L’après-midi, nous partons à pied de l’hôtel pour découvrir la ville qui possède un charme à nul autre pareil. Joyeusement animée, mêlant architecture coloniale et gratte-ciels, son emblème pourrait être la cholita, femme aymara à la jupe bouffante colorée et son chapeau melon. Notre découverte démarre dans la calle Sagarnaga, surnommée la rue des Sorcières ! A côté des boutiques d’artisanat, de curieux étals exhibent plantes, remèdes de grand-mère et produits censés attirer la bienveillance des esprits aymara (comme des fœtus de lama desséché). Sur la place San Francisco, nous visitons l’église San Francisco, joyau de l’art baroque, puis prenons un peu de hauteur pour nous perdre dans les marchés, l’occasion de découvrir l’extraordinaire diversité des variétés de pommes de terre. Nous poursuivons en téléphérique, façon originale de parcourir la ville et de profiter d’incomparables panoramas sur la cité et les géants de la Cordillère Royale, Huayna Potosi, Mururata et Illimani. Par la rue Jaen, une artère coloniale parfaitement restaurée, nous gagnons la place Murillo, bordée par le palais présidentiel et le Congrès. Retour à l’hôtel avant de dîner en ville.

Hébergement : Hôtel
Repas : LD
Selon les rotations aériennes, arrivée possible en fin de journée. Dans ce cas, visite de La Paz le jour 20.

Le soir, essayage du matériel de montagne pour ceux qui tentent les ascensions et le louent sur place.

J3 : La Paz > Copacabana, bateau > Ile du Soleil (3860 m), trek > Yumani

Départ matinal pour le lac Titicaca. Arrivée à Copacabana, petite bourgade lovée entre deux collines, au bord d’une baie magnifique. Visite de la cathédrale (qui abrite la vierge noire du lac, sainte patronne de la Bolivie) et du marché indien très coloré. Nous embarquons sur un bateau privatisé et naviguons jusqu’au Nord de l'île du Soleil. Débarquement sur la plage de Challapampa. Départ pour une splendide randonnée débutant par une montée régulière vers le site inca de Chincana, le labyrinthe. A l’époque inca, ce temple abritait les nustas, les fameuses vierges de l'Inca. Surtout, des pèlerins de tout l'Empire se réunissaient ici pour adorer une pierre sacrée, toujours visible aujourd'hui. La randonnée se poursuit plein sud, entre terre et ciel, sur les crêtes vallonnées de l'île par un large chemin pavé et restauré avec soin. Très belles vues en chemin sur les terrasses cultivées, les îles du lac, les hameaux et villages blottis dans des creux de terrain avec, en toile de fond, les cimes enneigées de la Cordillère Royale. Arrivée au village de Yumani, construit sur la ligne de crête et principal bourg de l’île.

Transfert : 3h30
Hébergement : Auberge simple (confort sommaire)
Repas : BLD
Heures de marche : 4h
Dénivelé : +350 m
Dénivelé : -170 m
La durée de la traversée en bateau est de 3h.

J4 : Bateau > Ile de la Lune > Kalaki, route > Sorata (2700 m)

Descente au débarcadère de Yumani par un escalier inca ; à mi-pente, nous découvrons la fontaine qui abreuve depuis plus de cinq siècles les habitants du village. Les trois sources symbolisent les lois incas fondamentales, à savoir "tu ne voleras pas, tu ne mentiras pas, tu ne seras pas paresseux". Un saut de puce en bateau et nous sommes sur le site de Pilkokaina, à l’extrême sud de l’île ; visite de cet ancien palais qui accueillait l'Inca Yupanqui lors de ses pèlerinages au Rocher sacré. Poursuite de notre navigation vers l’île de la Lune ; visite du temple des ñustas, les vierges incas, construit en pierre de taille. Traversée du lac jusqu'à Kalaki, sur la rive Est. Au cours de la navigation, panorama splendide sur la Cordillère Royale. Nous retrouvons nos véhicules et c'est parti pour le village de Sorata. La route commence par suivre le bord du lac avant de prendre de l'altitude et longer le versant Ouest de la Cordillère Royale. Arrêts en chemin pour découvrir une partie du trek que nous allons faire dans les jours à venir. La route plonge sur Sorata. A mi-chemin entre l’Amazonie et les hauteurs andines, ce village est lovée dans l’une des plus belles vallées andines et bénéficie d’un climat tropical d’altitude. A 2700 m, l’air est doux, la respiration aisée et la végétation luxuriante. Il est agréable de se balader dans le village avec ses maisons coloniales et rues pavées organisées autour d’une charmante place bordée de palmiers. En levant la tête, on aperçoit les cimes enneigées de l’Illampu (6368 m) et de l’Ancohuma (6427 m) vers lesquels nous nous dirigerons à partir de demain.

Transfert : 2h/3h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de marche : 0h30
Dénivelé : -180 m
La navigation se fait en 2 temps : 1h pour l’île de la Lune et 2h/3h jusqu’à Kalaki.

J5 : Trek > Laguna Chilata (4200 m)

Rencontre avec notre équipe de muletiers et début de l’aventure. Il nous faudra 13 jours de trek (sans compter les éventuelles ascensions) pour traverser d’un bout à l’autre la plus célèbre des Cordillères Boliviennes. Large de 30 km et longue de 160 km, elle courre en parallèle du lac Titicaca selon un axe nord-ouest / sud-est. Elle regroupe 6 des 13 sommets boliviens dépassant les 6000 m d’altitude, ce qui promet d’admirables panoramas glaciaires. Pour profiter de bonnes conditions climatiques et marcher au plus près des glaciers, nous resterons sur le versant occidental, protégé de l’humidité du versant amazonien. Depuis Sorata, un sentier bien marqué s’élève au sud-est, à travers les hameaux et les cultures. Nous cheminons à travers les champs de maïs, pomme de terre, fèves mais aussi des vergers fruitiers. Paysage bucolique avant d’atteindre les pâturages d’altitude. Au fil de la montée, le majestueux massif de l’Illampu se dévoile. Nous atteignons un petit plateau, surplombant la vallée de Sorata, et installons notre 1er camp au bord du lac Chilata.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 6h/7h
Dénivelé : +1510 m
Selon la forme du groupe, il est possible de raccourcir cette journée en faisant une partie du trajet en 4x4. Dans ce cas, le dénivelé de la montée est réduit à environ 1000 m.

J6 : Trek > Camp Venado (4300 m)

La journée démarre au pied du pic Schulz (5944 m), un satellite de l’Illampu. Traversée d’une brèche, à 4400 m d’altitude, suivie d’une courte descente avant de traverser à niveau au pied du versant occidental des massifs de l’Illampu et de l’Ancohuma. Une raide montée dans les rochers demande de l’attention. La récompense est là lorsqu’on atteint la laguna Glaciar à 5040 m. Pendant le pique-nique, nous avons tout le temps de profiter de la beauté des lieux. Une énorme langue glaciaire se jette dans la lagune, dominée au Nord par le pic principal de l’Illampu (6368 m), monstre de glace, de séracs et de parois verticales tandis qu’au Sud, l’Ancohuma (6427 m), avec ses reliefs plus arrondis et ses roches orangées, apporte un peu de douceur dans le paysage. Il nous faut bien laisser cet endroit enchanteur. Descente technique, hors sentier, raide, à travers un vaste éboulis. Nous retrouvons les alpages et poursuivons par une traversée à flanc, en montagnes russes, jusqu’à atteindre un replat herbeux à 4300 m d’altitude. Installation du campement dans ce lieu que nous avons surnommé le camp Venado lors de notre reconnaissance du parcours. L’explication est simple, nous avions eu le plaisir de tomber sur une harde de venado, le farouche cervidé andin. Nous vous souhaitons la même chance !

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 7h
Dénivelé : +1140 m
Dénivelé : -790 m

J7 : Trek > Lojena (4360 m)

L’ambiance de la journée est plus bucolique qu’alpine, avec de longs passages en balcon. Nous contournons l’entrée d’une vallée avant de partir à flanc, au-dessus de barres rocheuses, jusqu’à gagner une épaule à 4350 m. Dernier coup d’œil sur le massif de l’Illampu. Nous poursuivons par un sentier en balcon longeant de beaux sommets glaciaires jusqu’à un col à 4350 m d’altitude. Descente dans une large vallée où se trouve l’exploitation minière abandonnée de Susana (mines d’argent et d’étain). Vue sur les galeries creusées par les mineurs dans la montagne. Le chemin traverse le ruisseau puis monte sur un plateau. Nous dépassons le lac Khota Pata puis d’autres petites lagunes en remontant un vallon étroit avant d’atteindre le lieu-dit Lojena (4360 m). Nous installons le camp au-dessus de la vallée de Millipay. En contrebas, on aperçoit les dernières communautés indiennes qui vivent de cultures (papa et oca) et d’élevage.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 6h/7h
Dénivelé : +560 m
Dénivelé : -500 m

J8 : Trek > Laguna San Francisco (4500 m)

La journée alterne montées et descentes à travers les vastes espaces de l’Altiplano. Un sentier balcon nous permet de traverser une succession de vallons tout en offrant de splendides vues sur le lac Titicaca. Nous arrivons au pied du Nevado Pyramide (5907 m) et, par une montée douce, gagnons le col Chotan Loma à 4910 m. Panorama grandiose sur 4 sommets glaciaires : Umajalanta (5660 m), Kasiri (5857 m), Calzada (5650 m) et le Chearoco (6127 m). La traversée d’un plateau est reposante et permet de s’imprégner des paysages avant d’entamer notre descente vers la laguna San Francisco. Nous installons le camp à l’extrémité de cette magnifique et immense lagune d’une couleur vert laiteux. Une source chaude à proximité permet de se relaxer en fin d’après-midi. A savourer sans modération !

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 5h/6h
Dénivelé : +700 m
Dénivelé : -560 m

J9 : Trek > Lagune Jistaña Quta (4560 m)

Cette journée est marquée par le passage de 4 cols entre 4900 et 5100 m d’altitude. Les ingrédients restent identiques : lagunes, sommets glaciaires, pâturages et versant minéral se succèdent. Pourtant, aucune monotonie. Les paysages se renouvèlent sans cesse. L’ambiance est sauvage, l’espace immense, la sensation d’isolement forte, on est bien au cœur de la « wilderness » bolivienne. Mais reprenons dans le détail. Nous commençons par traverser la vallée. Il nous faut louvoyer sur un sol marécageux. Puis le sentier, raide, monte à flanc. Passage en traversée avec l’Ancohuma en toile de fond. Descente dans une vallée où 2 lagunes vertes sont posées au pied du Kasiri (5857 m). Nous évitons par la droite un éperon rocheux, entrons dans une nouvelle vallée et contournons une immense lagune d’un bleu sombre. Le Kasiri, l’Ancohuma et 2 glaciers posés sur la terre rouge ferment le vallon. Montée sur une terre beige. Du col, vue sur un ensemble de lagunes et, au loin, un nouveau sommet dépassant les 6000 m, le Chachacomani (6074 m). Descente vers la lagune Chojna Quta (4750 m), œil turquoise serti dans le jaune d’or des graminées andines au pied des Nevados Kasiri (5857 m) et Calzada (5871 m). Ultime montée à 5100 m. Le chemin suit une crête arrondie et minérale avant de descendre dans la vallée de la lagune Jistaña Quta. Cette dernière partie n’est que poussière et le paysage est une palette de tons gris ! Mais, le gris de ces montagnes n’a rien de triste, bien au contraire… Camp au bord de cette étroite et longue lagune, d’un vert jade, au pied du Chearoko (6104 m).

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 8h/9h
Dénivelé : +1090 m
Dénivelé : -1020 m

J10 : Trek > Lagune Chiscacalliuani (4810 m)

Pas évident de retenir le nom du lac Chiscacalliuani. Pour y parvenir, 7 h de marche seront nécessaires et vous aurez peut-être son nom dans la tête. Chiscacalliuani, Chiscacalliuani, Chiscacalliuani… L’un des grands plaisirs du Nord de la Cordillère Royale est l’absence de chemins, en dehors de rares sentes tracés par les animaux. La marche est libre, il nous faut composer avec la pente pour trouver le meilleur cheminement. Première montée à flanc avant de bifurquer plein sud jusqu’au petit lac de Niquioyo Khota (4 672 m), dominé à l’Est par le Condor Jipina (5 315 m). Un sentier en balcon continue vers le sud-est et offre un large panorama sur l’Altiplano et le lac Titicaca. S’ensuivent des heures de montées et descentes pour passer deux cols, le premier à 4950 m, le second à 5000 m. Pour terminer la journée, il reste à descendre dans l’étrange vallée en contrebas. Tapissée de sable noir, rehaussée de quelques touches jaune citron due à l’icchu, la paille andine, on dirait un morceau d’Islande échoué en Amérique Latine. La descente est ludique et rapide dans ce sol tendre. Installation du camp au bord du lac, au pied du Chearoko (6104 m).

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 7h
Dénivelé : +800 m
Dénivelé : -585 m

J11 : Trek > Vallée Jayllawaya (4480 m)

Départ à flanc de montagne pour rejoindre la vallée de Chachacomani (4430 m), large vallon menant au pied de l’imposant massif glaciaire éponyme. Après avoir traversé les bofedals (zone marécageuse parsemée de mousses géantes imbibées d’eau), nous remontons cette vallée, au milieu des troupeaux de lamas, vaches et chevaux, franchissant plusieurs plateaux successifs jusqu’à un col à 5000 m d’altitude. Au fur et à mesure de l’ascension, la vue se dégage sur l’imposant glacier du Chachacomani (6074 m). Une courte descente conduit à la vallée Pura Purani. Poursuite toujours à flanc et, par 3 petits cols successifs, nous atteignons la vallée du Rio Jayllawaya (4480 m). Le 1er col est une brèche, le second est atteint par un chemin en un arc de cercle tandis que le dernier arrive après une franche montée. Du dernier col, vue sur un sommet ressemblant au Râteau de l’Oisans.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 7h/8h
Dénivelé : +910 m
Dénivelé : -1210 m

J12 : Trek > Laguna Khotia (4450 m)

L’entame de la journée est soutenue, avec une montée raide vers le plateau supérieur menant au lac Wara Warani. Ensuite, la progression est plus tranquille le long du ruisseau jusqu’au fond de la vallée. Par un chemin astucieux, à travers une barre rocheuse, nous atteignons le lac Wara Warani à 4930 m. Niché au pied du glacier éponyme, ce lac est l’une des merveilles de la Cordillère. Il se divise en deux parties de couleur différente. Le glacier tombe dans une petite lagune aux eaux turquoise, tandis que l’autre partie offre une eau d’un bleu intense. Un site étonnant que nous prenons le temps d’admirer. Il est temps de repartir vers un col escarpé à 5050 m surplombant le glacier Kunu Pampa. Descente soutenue, dans un pierrier fin, un régal si l’on est à l’aise ! On rejoint  une vallée isolée, vers 4760 m d’altitude. Continuation vers le sud-est et montée tranquille au col Minchin (5000 m). Les venados affectionnent ces lieux sauvages alors ouvrez l’œil ! Descente plaisante puis spectaculaire face à l’immense lac Khotia (4450 m), sans conteste l’une des plus photogéniques de la Cordillère avec sa couleur vert laiteux. Installation du camp au bord de la lagune, dans ce cadre de rêve.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 7h/8h
Dénivelé : +810 m
Dénivelé : -840 m

J13 : Trek > Lagune Ajwani (4610 m)

A partir d’aujourd’hui et jusqu’à la laguna Chiarkhota, le sentier est bien marqué. Nous sommes désormais dans la région la plus connue de la Cordillère Royale. Rassurez-vous, la tranquillité est toujours là. Cela se comprend vu la beauté des lagunes et des sommets glaciaires que nous allons découvrir. Nous entamons la journée par une traversée ascendante jusqu’au col Contador (4760 m). Vue sur le lac Titicaca et même, par temps clair, le Sajama (6542 m), point culminant de la Bolivie. Descente dans un vallon encaissé, fermé par un joli petit sommet neigeux, avant de rejoindre une vallée plus large, occupée par trois grandes lagunes. Nous laissons sur notre gauche le lac Alka Quta et traversons une zone semi marécageuse à proximité de la laguna Surakhota. Dernière montée agréable jusqu’à un plateau abritant la lagune Ajwani, la « lagune des oiseaux » en aymara. Bucolique et reposant avec ses multiples pièces d’eaux entourant la lagune plus vaste, l’endroit est idéal pour installer notre camp. 

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 5h
Dénivelé : +550 m
Dénivelé : -390 m

J14 : Trek > Lagune Jurikhota (4690 m)

Nous rejoignons la crête herbeuse dominant notre camp et la suivons dans toute sa longueur, traversant un petit sommet, avant de descendre vers notre premier col. Poursuite sur un plateau lunaire, le regard aimanté par les faces Ouest et Nord du Huayna Potosi (6088 m) qui écrasent l’horizon. Comme souvent, descente rapide et directe dans un pierrier. Nous dépassons la lagune Sistaña et montons vers un second col, le paso Janchallani à 4910 m. Traversée d’un plateau minéral et, au détour d’une croupe, c’est le choc. D’un coup, nous découvrons un des plus beaux paysages de la Cordillère, la lagune Jurikhota encadrée par le massif du Condoriri. Notre camp est installé au bord du lac, fréquenté par les lamas. Les vues sont à couper le souffle notamment sur la Tête et l’Aile Gauche du Condor. Nous devinons le chemin qui longe la Lagune sur la gauche et remonte par la moraine jusqu’au pied du glacier. La journée de demain s’annonce splendide.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 5h
Dénivelé : +530 m
Dénivelé : -450 m

J15 : Trek > Laguna Chiarkhota (4660 m)

Notre trek est un continuel va et vient avec la Cordillère. Parfois, nous prenons du champ, l’occasion d’incroyables panoramas sur la chaîne tandis qu’à d’autres moments, comme aujourd’hui, nous pénétrons au cœur du massif pour approcher de près ses géants de glace. Nous attaquons cette journée en longeant la lagune Jurikhota par sa rive droite puis, par le fil d’une moraine, nous nous hissons jusqu’à la laguna Congelada à 4900 m d’altitude. Le lieu est tout simplement magique ; nous sommes au pied des parois verticales de l’Aile gauche et de la Tête du Condor tandis que deux glaciers finissent leur course dans ses eaux turquoise. Longue pause pour s’imprégner de la beauté des lieux avant de poursuivre vers le paso Austria (5140 m). Le chemin demande de l’habileté, il faut s’aider des mains pour franchir une barre rocheuse avant un final rocailleux. Depuis le col, il est possible (et recommandé !) de faire un crochet par le Pic Austria (5310 m) pour un point de vue à 360° sur l’Altiplano, le lac Titicaca, les Cordillères Royale et Volcanique. La descente commence à l’aplomb des falaises rouges du pic Austria puis dégringoles, à travers les pâturages, jusqu’au bord de la laguna Chiarkhota (4660 m). L’endroit est souvent animé, mélangeant randonneurs et alpinistes, venant tenter les ascensions du Pequeno Alpamayo ou du Condoriri. Un nouveau camp de rêve.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 6h
Dénivelé : +450 m
Dénivelé : -520 m
L’ascension du Pic Austria ajoute 270 m de dénivelé et environ 1h30/2h de marche supplémentaire.

J16 : Ascension > Pequeno Alpamayo (5410 m) ou Trek > Tuni (4440m)

Programme à la carte, selon que l’on ait une âme d’alpiniste ou de randonneur. Le guide francophone reste avec les randonneurs tandis que les alpinistes sont encadrés par des guides de Haute Montagne UIAGM (anglophones ou hispanophones) arrivant de La Paz (1 guide pour 2 participants). Le soir, tout le monde se retrouve au village de Tuni.

Pour les alpinistes : Ascension du Pequeno Alpamayo (PD+) +790m / -1010m, 10h de marche
Départ de nuit. Le chemin longe une lagune puis rejoint le glacier du Tarija (1h). Une fois équipés et encordés à notre guide, l’ascension démarre, sans difficultés techniques majeures. Nous remontons le glacier du Tarija, laissant sur notre droite une zone crevassée et, par une succession de plats et de ressauts (pentes entre 30 et 40°), gagnons un col (5270 m) à droite du sommet. Courte descente dans un couloir (rocheux ou neigeux selon les conditions) et traversée pour gagner le pied du Pequeno Alpamayo. Montée finale raide (maximum 50°) par une arête spectaculaire qui se rétrécit au fil de l’ascension. Du sommet, vue spectaculaire sur la cordillère, notamment le Huayna Potosi, notre prochain objectif. Retour par le même chemin jusqu’à la lagune Chiarkhota puis descente à Tuni, petit village blotti au bord de l’immense lagune Tuni.

Pour les trekkeurs : Trek jusqu'à la Lagune Tuni (4440 m)  +850m / -1080m , 7h de marche

Ce matin, nous avons le temps de profiter de la beauté des lieux avant de nous élancer. Après avoir dépassé la lagune Chiarkhota, montée au col Jallayko (5025 m), au pied de l'Aiguille Noire. Chaque arrêt est l’occasion d’admirer le massif du Condoriri, sur le versant opposé, ainsi nommé car sa forme est censée représenter l’oiseau mythique des Andes aux ailes déployées. Descente dans une vallée sauvage et encaissée avec deux jolis petits sommets glaciaires. Un second col, le Tillipata (5000 m) ouvre l’horizon sur une myriade de lagunes. Nous longeons celle de Wichu Khota, au pied du Maria Lloco, avant d’atteindre la gigantesque lagune Tuni. Nous arrivons à Tuni, village indien blotti au bord du lac. Installation pour deux nuits dans un refuge communautaire aménagé par les villageois. La simplicité du confort est largement compensée par la chaleur de l’accueil.

Hébergement : Refuge communautaire
Repas : BLD
Heures de marche : 7h/10h
Au moment de l'inscription, chaque participant devra nous indiquer s'il souhaite tenter ou pas les ascensions du Pequeno Alpamayo et du Huayna Potosi. Si la réponse est positive, les frais liés à ces ascensions seront facturés au moment de l'établissement de la facture à savoir 380 € / personne.

J17 : Tuni (4370 m)

Nous séjournons une journée complète à Tuni pour partager la vie quotidienne d'une communauté indienne vivant dans les Andes. L'accueil est d’autant plus chaleureux qu’une grande partie de notre équipe locale est originaire du village. Ainsi au bout du monde, on aura droit à un accueil comme à la maison ! Une quinzaine de familles (soit environ 80 personnes) vivent au village. A l’origine, le temps se partageait entre l’agriculture de pommes de terre, l’élevage de lamas et le travail dans les mines. Grâce à sa situation au pied du massif du Condoriri, les habitants ont commencé à travailler pour les trekkeurs et alpinistes de passage. Ils sont ainsi devenus muletiers, cuisiniers, accompagnateurs voire guides de haute montagne, un sacré défi lorsque l’on vit si loin de tout. Après un solide petit-déjeuner traditionnel, fait entre autres de buñelos, sorte de beignets, et d’api, boisson à base de maïs violet, nous participons, selon notre envie et les saisons, aux activités liées à la vie de la communauté : récolte dans les champs, gardiennage des troupeaux de lamas, découverte des plantes médicinales, préparation du charki, la viande séchée... Avec les villageois, nous préparons la huatia, repas traditionnel où les aliments sont cuits dans un four creusé dans la terre par de grosses pierres chauffées à blanc. L’après-midi, poursuite des activités dans le village : initiation à la technique du tissage, préparation des chunos ou tuntas, les pommes de terre déshydratées, maniement de la fronde andine… La journée se termine par une soirée de fête, en compagnie des villageois animée par un groupe musical du village voisin de Chuñawi.

Hébergement : Refuge communautaire
Repas : BLD

J18 : Tuni > Refuge Casa Blanca (4790 m), trek > Refuge du Camp des Roches (5170 m)

Court trajet en véhicule 4x4 pour rejoindre le refuge Casa Blanca, point de départ de l'ascension du Huayna Potosi. Nous avons choisi cette option car la marche serait fastidieuse dans cette grande plaine d’altitude, ponctuée de lagunes et de petites mines. Arrêt en chemin pour admirer la spectaculaire face Ouest du Huayna Potosi, objectif sérieux pour alpinistes (très !) confirmés. Une fois franchi le col Milluni (5030 m), descente vers la grande route reliant La Paz et Zongo, dans les Yungas tropicales. Rencontre avec notre équipe de porteurs et de guides de haute montagne et montée au refuge. Nous suivons un sentier bien tracé, à travers des blocs ; il passe sous une belle langue terminale de glacier en forme de patte de lion. La fin est plus soutenue, sur le fil d’une moraine, jusqu’à un replat où se trouve le refuge du camp des Roches. Face à nous, le Cerro Chacaltaya, célèbre pour avoir abrité la plus haute station de ski au monde avant que son glacier ne disparaisse ! La fin de journée permet de préparer l’ascension du lendemain et d’admirer la « voie des Français », une course réputée sur le Huayna Potosi.

Transfert : 2h
Hébergement : Refuge
Repas : BLD
Heures de marche : 2h
Dénivelé : +380 m
Ceux qui ne tentent pas l'ascension peuvent monter au refuge pour approcher et admirer de près le Huayna Potosi. Nuit au refuge du camp des Roches ou au Casa Blanca, en contrebas. Le lendemain, matinée tranquille en attendant le retour des alpinistes du sommet. Descente tous ensemble au véhicule et retour à La Paz dans l’après-midi.
Si vous le préférez, il est aussi possible de rentrer directement sur La Paz, sans monter au refuge, l’après-midi du jour 18. Dans ce cas, journée libre à La Paz le jour 19. Si vous choisissez cette option, transfert et hôtel à régler sur place, aucun repas compris en dehors du petit-déjeuner le jour 19. Le montant du supplément est d’environ 100 € / personne sur la base de 1 personne, 50 € / personne sur la base de 2 participants, 30 € / personne sur la base de 3/5 participants.

J19 : Ascension a/r > Huayna Potosi (6088 m), retour > La Paz

Dernier jour d’effort et point d’orgue du voyage, l’ascension du Huayna Potosi est aussi l’occasion de dépasser les 6000 m d’altitude, un bel objectif. Départ de nuit pour le sommet. On chausse les crampons quelques minutes après avoir quitté le refuge. C’est parti pour une longue ascension glaciaire, sans difficultés majeures. Il faut se caler sur le pas du guide, qui semble si lent au départ et si rapide quelques heures plus tard alors que sa vitesse n’a pas variée ! Il est essentiel de trouver son rythme, de marcher à l’économie, de bien boire et de s’alimenter. Montée tranquille vers le plateau du camp des Argentins, point de départ de la fameuse voie des Français. Poursuite vers le fond de la vallée. Passage du versant Sud-Est au versant Est en franchissant un mur raide (maximum 70°) et court (15 m). Une traversée ascendante mène à une selle neigeuse au pied de la raide pente finale. Montée soit pleine face (150 m à 50°), soit le long d'une arête de rochers brisés (la voie dépend des conditions de la montagne). Un dernier effort et c’est la délivrance. Nous sommes au sommet, à plus de 6000 m d’altitude ! Le froid est coupant mais quel bonheur d’être là, sur cette fine arête neigeuse ! Vue fantastique sur les sommets de la cordillère et le bassin amazonien. Descente par le même chemin (pour votre sécurité, la partie raide est généralement descendue par plusieurs rappels, assurés sur des pieux à neige) avant que la neige ne transforme trop. Pique-nique au refuge et descente jusqu'au véhicule. Retour à La Paz dans l’après-midi. Installation pour deux nuits à l’hôtel.

Pour ceux qui ne tentent pas l'ascension, matinée libre au refuge. Balade possible en bordure de glacier pour profiter d'une vue spectaculaire sur le Huayna Potosi. En fin de matinée, retrouvailles avec les alpinistes. Retour à La Paz tous ensemble.

Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de marche : 8h/10h
Dénivelé : +920 m
Dénivelé : -1300 m
Au moment de l'inscription, chaque participant devra nous indiquer s'il souhaite tenter ou pas les ascensions du Pequeno Alpamayo et du Huayna Potosi. Si la réponse est positive, les frais liés à ces ascensions seront facturés au moment de l'établissement de la facture à savoir 380 € / personne.

J20 : La Paz, journée libre

Journée libre permettant de se reposer et pourquoi pas découvrir d’autres visages de La Paz. Sans être la plus belle d’Amérique Latine, ni posséder les trésors coloniaux d’autres cités sud-américaines, cette ville dégage un charme certain. Une façon originale de se balader est d’utiliser les 3 lignes de téléphériques mises en service en 2014. Facilement identifiables avec leurs cabines rouges, vertes ou jaunes, elles traversent La Paz du Nord au Sud, depuis le quartier d’El Alto jusqu’à la zone sud. C’est l’occasion d’admirer la cité et les montagnes des environs à hauteur de condor. Déjeuner libre. Dans le quartier Sopocachi, nous vous conseillons le restaurant « Moustache », tenu par un français. Un endroit idéal pour déjeuner et déguster d’excellents vins boliviens de la vallée de Tarija. Le soir, dîner d'adieu pour célébrer la fin du voyage.

Hébergement : Hôtel
Repas : BD

J21 : Vol de retour

Transfert à l’aéroport. Vol de retour.

Repas : B
Selon la compagnie aérienne choisie, il est souvent possible d'avoir une escale longue à Lima. Dans ce cas, aucun service de notre part pour cette escale de jour. Si vous le souhaitez et si la durée d'escale le permet (+9h), nous pouvons vous organiser une demi-journée de visite de la capitale péruvienne. Nous consulter.

J22 : Arrivée à Paris

Les temps de marche indiqués ne tiennent pas compte des pauses. Ils sont bien sûr indicatifs et peuvent varier d'un participant à un autre ou selon les conditions climatiques.

Les temps de transfert indiqués ne tiennent pas compte des pauses ni des aléas inhérents à tout voyage d'aventure (dégradation de routes, pannes, travaux, trafic...). Ils sont bien sûr donnés à titre indicatifs et peuvent être supérieurs.