Randos secrètes dans le désert Atacama
Chili CL 201 Trekking

Randonnées dans le désert Atacama au Chili

17 jours - 10 jours de marche 4 à 12 pers. Soutenu 13/20 Voir les avis voyageurs
Carte 1 du circuit

Partager

Vous aimerez aussi...

  • Itinéraire ameriques
  • Dates et prix ameriques
  • Extensions ameriques
  • Infos pratiques ameriques

Le désert d’Atacama est une destination de rêve pour le voyageurs épris de grands espaces. S’étirant entre l’océan Pacifique et une ligne de volcans dépassant les 6000 m d’altitude, cette terre aride offre des paysages variés et de toute beauté, magnifiés par la pureté de la lumière. Quel plaisir de marcher dans ces paysages immenses et sauvages. Ces randonnées dans le désert d'Atacama vous conduisent de lagunes scintillantes en canyons colorés, de déserts de sel éblouissants jusque dans d’émouvants villages indiens avec leurs églises coloniales. Vous apprécierez sans doute également un instant délassant dans de délicieuses sources d’eau chaude naturelles. Les plus aguerris pourront atteindre l’altitude mythique des 6000 m sur un volcan méconnu, aux confins du Chili et de la Bolivie. Conçu dans la plus pure tradition des voyages d’aventure, ce périple vous invite à une découverte rare, loin des trajets balisés, des merveilles de l’Atacama.

Points forts

• Un parcours original et exclusif
• L’ascension d’un "6000" facile (facultative)
• Beauté et variété des paysages de l’altiplano
• Une découverte complète et intime de l'Atacama à la période la plus propice

Les plus Tirawa

• Un voyage tout compris (pension complète et entrées de sites incluses)
• Un caisson hyperbare

Niveau

Soutenu 13/20 Voir le tableau des niveaux  10 jours de randonnée avec des étapes entre 2 et 5h de marche. Du fait de l’altitude, les dénivelés sont modestes, en dehors d’1 journée facultative plus soutenue (7h/8h de marche pour 1300 m de dénivelé). Trek se déroulant en grande partie en altitude (9 jours entre 3500 et 4700 m de moyenne) dans des régions isolées. Une bonne condition physique est indispensable.

J1 : Vol au départ de Paris

Départ de province possible moyennant supplément (mini 80 €) et selon les disponibilités. Nous consulter à la réservation.

J2 : Arrivée > Santiago

Arrivée dans la matinée. Accueil à l’aéroport par un guide francophone et transfert à l'hôtel. Temps libre pour nous reposer et prendre une douche avant de démarrer la découverte à pied de Santiago. Nous nous concentrons tout particulièrement sur son centre-ville historique, mélange hétéroclite de modernisme et néo-classicisme. Après une brève visite de l'église coloniale San Francisco (dont les jardins de l'ancien couvent ont servi à la construction du quartier Paris-Londres), nous apprécions l'effervescence autour de l'Alameda, la principale artère de la capitale. Passage devant le palais présidentiel La Moneda (que nous admirons de l’extérieur) et la place de la Constitution bordée de nombreux ministères. Puis, direction la Place d'Armes où se trouve la cathédrale, la municipalité et le siège de la poste avec sa belle architecture néo-classique. Par une rue piétonne envahie de badauds et vendeurs ambulants, nous débouchons sur le Mercado Central, marché couvert qui abrite le pittoresque marché aux poissons de Santiago avec ses restaurants populaires et étals regorgeant des poissons et crustacés du Pacifique. Balade dans le parc Forestal qui longe le rio Mapocho jusqu'au quartier Lastarria. Découverte de la façade du palais des Beaux-Arts puis poursuite jusqu'au quartier de Bellavista, lieu animé et branché de la ville avec de nombreux théâtres, cafés, restaurants et discothèques. Nous finissons la journée par une montée à pied (ou en funiculaire) jusqu'au Cerro San Cristobal. Du haut de cette colline, nous dominons la ville et profitons d'un vaste panorama sur les Andes. Retour en fin d'après-midi à l'hôtel.

Transfert : 0h45
Hébergement : Hôtel NH Ciudad ou équivalent
Repas : LD
Heures de marche : 3h
Le prix du funiculaire n'est pas compris. Si vous l'empruntez, il faudra le régler sur place.

J3 : Vol > Arica, route > Codpa (1850 m)

Vol pour Arica, ville de l'éternel printemps, aux confins du Chili et du Pérou. Accueil par notre guide francophone qui nous accompagne jusqu'à Iquique et balade dans cette agréable station balnéaire qui s’étire au bord du Pacifique. A plusieurs moments, Arica est entrée dans l’histoire. D’abord au XVIème siècle lorsque son port servait à exporter l’argent extrait des mines de Potosi vers l’Espagne puis en 1880, lors de la guerre du Pacifique, quand l’armée chilienne remporta la décisive bataille d’El Morro et annexa définitivement cette ville auparavant péruvienne. Au détour d’une rue bordée de palmiers, quelle surprise, si loin de la France, de découvrir des bâtiments en fer forgé construits par … Gustave Eiffel, notamment la splendide église San Marcos et l’ancienne douane devenue la maison de la culture. En quittant la ville, arrêt au sommet de la falaise El Morro, lieu d’une des plus grandes victoires du Chili dans la guerre du Pacifique. Après le déjeuner, continuation vers la vallée agricole d’Azapa où se trouvent de nombreux centres d’intérêt archéologique et vestiges de cultures précolombiennes comme les immenses pétroglyphes à flanc de colline. Ces dessins de pierre ont été tracés il y a 500 à 1500 ans. Les plus célèbres sont ceux de Nazca au Pérou, mais les plus beaux sont sans doute ceux des vallées de Lluta et d’Azapa. Que représentent-ils ? Nous ne le saurons peut-être jamais et chacun peut laisser aller son imagination... Visite du musée archéologique de San Miguel qui abrite les plus anciennes momies au monde, issues de la culture Chinchorros. En fin d'après-midi, route vers le village préaltiplanique de Codpa, blotti dans un superbe canyon, profond et verdoyant, à 1850 m d'altitude. Installation pour 2 nuits dans un lodge de charme avec des chambres encadrant la piscine... Dîners sur place, tant mieux car la cuisine est typique et surtout délicieuse.

Transfert : 1h30
Hébergement : Lodge Codpa
Repas : BLD
Le déroulement de cette journée dépend des horaires du vol intérieur. En cas d’arrivée tardive, nous rejoindrons directement Codpa sans passage par la vallée d’Azapa.

J4 : Codpa (1850 m), 2 randos

Codpa est un village oasis typique de l’altiplano où la présence humaine, rare, est dépendante de l’eau. Par son isolement et sa tranquillité, c’est un lieu idéal pour déconnecter mais aussi une étape parfaite pour une première acclimatation avant de gagner la pré-cordillère puis le haut plateau. Court trajet vers les pétroglyphes d'Ofragia. Découverte d’un ensemble de dessins et figures taillés dans la pierre. Retour à pied au lodge en suivant un chemin qui passe par les hauteurs du canyon. L’après-midi, nous rejoignons à pied le village de Guanacagua, très joli avec sa petite église toute blanche. Agréable randonnée à travers la vallée cultivée du canyon. En chemin, visite (si possible) d’un « lagan », lieu où se fabrique le « pintatani », le vin artisanal de la vallée. Retour au lodge en fin d’après-midi.

Transfert : 0h20
Hébergement : Lodge Codpa
Repas : BLD
Heures de marche : 3h/4h
Dénivelé : +200 m
Dénivelé : -200 m
Dans les petits villages traversés, les églises peuvent être fermées et le détenteur des clés introuvable. Dans ce cas, elles ne pourront être visitées. Il est toujours possible par contre de visiter celles de Copda et l’église principale de Belen, récemment restaurée.

J5 : Codpa > Belen (3250 m), trek > Quebrada Escondida

Nous quittons la vallée de Copda et empruntons la magnifique "Route des Missions" qui sinue à travers de petits villages indiens préaltiplaniques. Cette route, partiellement goudronnée, serpente à travers des vallons colorés en prenant insensiblement de la hauteur. L’espace est immense, l’ambiance minérale. Au fil de la journée, découverte de quelques villages comme Timar, Ticnamar, Saxamar ... l'occasion de visiter des églises récemment rénovées par la fondation Altiplano. Codpa, Belen et d’autres villages que nous traverserons dans les prochains jours appartiennent à une route patrimoniale (en développement) qui révèle une trentaine d’églises coloniales construites à partir du 16eme siècle le long des chemins utilisés pour acheminer l’argent en provenance de Potosi (Bolivie) jusqu’au port de Arica. En chemin, arrêt à l’entrée de la vallée (« quebrada ») Escondida pour effectuer une randonnée d’environ 3h le long de jolies parois rocheuses et rejoindre peu à peu le secteur de Tignamar. Le village original de Tignamar - parmi les ruines duquel il est encore possible d’identifier l’église, quelques maisons et des terrasses agricoles - fût partiellement détruit par un « alluvion » (coulée de boue suite à de fortes précipitations) et un village nouveau a donc été édifié à proximité. Pique-nique en chemin. Nous reprenons ensuite le véhicule pour rejoindre le village de Belen (3250 m), parfaitement restauré dont l’église de la Candelaria est considérée comme l’épicentre de la Route des Missions. Nuit chez l’habitant (ou sous tente).

Transfert : 2h30
Hébergement : Chez l’habitant
Repas : BLD
Heures de marche : 3h

J6 : Belen > Socoroma (3090 m), trek > Putre (3560 m)

Nous reprenons la route et atteignons rapidement la route internationnale Arica - La Paz à la hauteur de Zapahuira. Encore quelques kilomètres et nous arrivons au village de Socoroma (« eau qui coule » dans la langue Aymara) dont l’église San Francisco fait elle aussi partie de la route des Missions. D’origine précolombienne, ce village – joliment rénové - a été occupé par les Espagnols au temps de l’exploitation des mines de Potosi. Il garde de cette époque son tracé colonial et quelques rues pavées avec un caniveau central. Tout autour du village s’étalent des terrasses agricoles, cultivées d’origan, qui descendent jusqu’au fond du canyon. C’est parti pour une magnifique journée de marche, qui nous permet de relier Socoroma à Putre, en empruntant pour partie un chemin muletier remontant à l’époque précolombienne. Tout en montagnes russes, le parcours nous fait cheminer à travers des cultures en terrasses, sur une piste à flanc de montagne avant de serpenter sur les crêtes ou traverser des rivières au fond des vallées. En chemin, découverte d’une flore variée et belles vues sur les sommets du volcan Taapaca (5860 m). Nous atteignons finalement Putre, notre étape du soir. A 3560 m, ce village d’environ 1200 habitants est une étape idéale pour poursuivre notre acclimatation. Situé au pied des volcans Taapaca et Ancoma, Putre fût fondé au 16ème siècle et conserve beaucoup de charme avec ses rues pavées. Installation pour la nuit dans une auberge rurale.

Transfert : 1h30
Hébergement : Auberge rurale ou équivalent
Repas : BLD
Heures de marche : 4h/5h
Dénivelé : +700 m
Dénivelé : -100 m

J7 : Putre, trek > La Quebrada (3600 m)

Balade matinale dans Putre qui tira aussi sa richesse de l’exploitation des mines de Potosi puis d’or de Choquelimpie. Au moment de l’indépendance chilienne, le déclin des mines a entrainé le départ de nombreuses familles et le village est tombé dans l’oubli. Aujourd’hui, c’est un bourg animé, vivant du tourisme, de l’agriculture (culture de nombreuses variétés de pommes de terre, de luzerne…) et d'élevage (lamas en particulier). La rue O’Higgins est la plus ancienne du village ; bordée de ponts de pierre elle tire son charme colonial des grilles en fer forgé et des encadrements de portes et fenêtres en pierre de taille. Poursuite de notre trek. La randonnée du jour emprunte un canyon, que nous remontons par un sentier caillouteux - parfois escarpé – jusqu’à rejoindre le haut plateau semi-aride. Changement de paysages. La végétation devient clairsemée ; comme dans la steppe, des touffes de verdure espacées laissent le sol à nu entre elles. Solitude et silence des grands espaces. Vue imprenable sur les montagnes enneigées de Putre (5860 m). Le sentier poursuit jusqu’à un « bofedal » (prairie humide d’altitude caractéristique de l’altiplano) d’où nous regagnons la route où nous attend le véhicule. Court trajet jusqu’à notre campement, monté derrière le Nevado Putre, qui offre une vue imprenable sur les paysages colorés environnants.

Transfert : 0h30
Hébergement : Camp
Repas : BLD
Dénivelé : +100 m

J8 : Trek > Pueblito (4040 m)

Depuis le campement, un court trajet nous permet de rejoindre la quebrada de Allane. Nous passons la journée à marcher et explorer cet impressionnant canyon, d’environ 200 m de profondeur à son début, et bordé de parois rocheuses très colorées. Un ruisseau serpente dans le fond du canyon, permettant à la végétation de se développer. Au fur et à mesure de notre progression, le canyon se rétrécit et les parois s’abaissent. Nous atteignons finalement le hameau abandonné de Pueblito. Nouveau bel emplacement pour notre camp du soir. Les tentes sont montées au bord de la rivière, au pied des parois rocheuses.

Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 3h/4h
Dénivelé : +260 m

J9 : Trek > Parinacota (4430 m)

Par une piste en bon état, nous atteignons « Suriplaza », vaste esplanade naturelle, à environ 4500 m d’altitude, bordée par 4 volcans culminant entre 5230 m et 5495 m dont les couleurs flamboyantes forment un paysage spectaculaire. Programme à la carte aujourd’hui, à définir avec le guide selon l’envie et la forme de chacun. Nous avons le choix entre une marche facile, au pied des volcans, pour savourer paisiblement cet incroyable paysage ou bien une randonnée plus exigeante avec l’ascension de l’un des sommets avant de poursuivre sur les crêtes. Paysages de très grande beauté et vues panoramiques extraordinaires dès que l’on prend un peu d’altitude. A l’horizon trônent les grands volcans glaciaires dépassant les 6000 m d’altitude … Incomparable éventail de couleurs dans les tons de rouge, ocre, marron, jaune … contrastant avec le vert intense des « llaretas », ces plantes typiques de l’altiplano qui forment des boules géantes, dures comme de la pierre et ressemblant à du corail. En fin d’après-midi, continuation vers Parinacota, ultime village avant la frontière bolivienne. Cet hameau aux maisons en adobe et aux ruelles pavées possède une adorable église blanchie à la chaux. Nous nous installons pour la nuit dans l’unique auberge du village qui offre le confort d’un refuge.

Transfert : 2h
Hébergement : Refuge
Repas : BLD
Heures de marche : 4h
Dénivelé variable selon l’option choisie, de 0 à 750 m.

L'église de Parinacota est fermée. Pour la visiter, nous devons récupérer les clés chez un habitant du village (cela n'est malheureusement pas toujours possible !).

J10 : Trek > Lac Chungara (4560 m). Route > Salar Surire (4260 m)

En langue Aymara, Parinacota signifie « le lac des flamants rose ». Il faut dire que le village est entouré par un immense bofedal, prairie humide d’altitude, où paissent lamas et alpagas. A l’époque coloniale, ce lieu servait d’étape lors de la transhumance des troupeaux entre Arica et Potosi. Aujourd’hui, il est pratiquement déserté. Seule une dizaine de personnes y vivent encore de façon permanente. La petite église, construite en 1670 de torchis et de pierre volcanique, est classée monument historique. Départ du village pour un trek au cœur du Parc National Lauca, déclaré Réserve Mondiale de la Biosphère par l’Unesco. Sans aucun doute, une journée mémorable au cœur de l’altiplano. Nous cheminons sur des chemins sablonneux, serpentant au milieu des lagunes Cotacotani et d’anciennes coulées de lave jusqu’à atteindre le vaste lac Chungara, qui s’étale au pied des majestueux volcans Parinacota et Pomerape qui culminent à plus de 6000 m. En chemin, découverte de la flore et faune typique de ce biotope comme les viscaches, rongeurs discrets qui se cachent dans les blocs rocheux. Après avoir longuement profité des beautés du parc, départ plein sud pour rejoindre les thermes de Churiguaya. Quel plaisir de se baigner dans ses sources d’eau chaude naturelles (40°) au pied du volcan actif Guallarire. Continuation à travers la réserve Nationale Las Vicuñas qui protège les vigognes, cousines sauvages des lamas et alpagas, avant de rejoindre la mer de sel du salar de Surire. Installation du campement dans ce cadre d’exception avec une vue panoramique sur le salar.

Transfert : 2h
Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 2h/3h
Dénivelé : +130 m

J11 : Surire > Cariquima (3770 m), trek > Canyon du rio Aroma

Situé à 4260 m d’altitude, le salar de Surire se présente sous la forme d’une vaste étendue d’une blancheur éclatante. Les salines se forment par évaporation des eaux souterraines laissant à la surface les sels dissous qu’elles contenaient. C’est l’habitat de nombreuses espèces d’oiseaux et la population de flamants peut dépasser ici les 10 000 individus. Ce matin, nous prenons notre temps pour découvrir et profiter du salar de Surire. Possibilité de baignade dans les thermes naturels de Pollequere, autre source d’eau chaude, à la bordure sud-est du salar. Puis, continuation en véhicule à travers les immensités du haut plateau. Traversée du parc national Isluga avec en toile de fond le volcan aux neiges éternelles qui lui a donné son nom. Quelques villages, presque désertés, maintiennent des traditions aymaras comme le textile, la culture du quinoa et du maïs ou l’élevage des camélidés andins. Arrivée au village de Cariquima, peuplé d’environ 80 habitants d’ascendance aymara. L’après-midi, nous partons nous balader dans le canyon du Rio Aroma. Facile d’accès, il permet de marcher le long de parois aux strates très colorées. Retour au village en fin de journée. Nous passons la nuit dans une auberge de montagne.

Transfert : 3h30
Hébergement : Hostal (auberge de montagne) ou équivalent
Repas : BLD
Heures de marche : 2h/3h

J12 : Cariquima > CB Sillajguay (4700 m). Trek > Churuyo

Court trajet jusqu’au minuscule village de Churuyo, point de départ d’une randonnée en pente douce le long d’un immense bofedal avant de rejoindre un canyon où il est possible d’observer des quenuals. Il s’agit d’un arbre étonnant, ne s’épanouissant qu’à très haute altitude, très caractéristique avec son tronc torturé et son écorce orangée se détachant en feuilles. D’ailleurs, son nom scientifique est « polylepis », plusieurs écailles. Finalement, nous regagnons la route où nous attend notre véhicule. Continuation jusqu’au camp de base du Sillajguay. Il est situé à 4700 m d’altitude, sur la frontière chilo-bolivienne, dans un cadre d’une très grande beauté (roches colorées, cascades, sommets enneigés …).

Transfert : 1h
Hébergement : Camp
Repas : BLD
Heures de marche : 2h/3h

J13 : Ascension a/r > Sillajguay (6000 m), route > Cancosa (3940 m)

Maintenant que nous sommes bien acclimatés, ceux qui le souhaitent pourront se lancer dans l’ascension d’un grand sommet, tutoyant les 6000 m d’altitude, le Sillajguay. Ce massif montagneux, d’origine volcanique, est situé sur la frontière entre le Chili et la Bolivie. Il présente plusieurs sommets dont le plus haut côté bolivien dépasse juste les 6000 m alors que sur le versant chilien l’altitude maximale est de 5995 m. Pour la petite histoire, étant donné son isolement, il n’y a que peu de temps que ce sommet a été redécouvert et son altitude vérifiée avec précision pour intégrer la liste des 13 montagnes boliviennes de + 6000 m. Sans être difficile, son ascension reste une véritable aventure et la sensation d’évoluer dans une nature sauvage, peu parcourue, très forte. Selon la saison, des plaques de neige peuvent coiffer le sommet, nécessitant alors l’utilisation de crampons. En prenant de la hauteur, une vue unique se déploie côté Est, sur les salars de Coipasa et d’Uyuni. Pour ceux qui ne souhaitent pas faire l'ascension, le secteur est très joli et offre de multiples possibilités de balades. De retour au camp de base, nous continuons en véhicule plein Sud, jusqu’au village de Cancosa (3940 m) en passant par le col Alto Toroni, plus haut col routier du Chili à environ 5090 m. Cancosa est un village du bout du monde ; il compte moins de 100 habitants en comptant les carabiniers du poste frontière.

Transfert : 1h30
Hébergement : Refuge
Repas : BLD
Heures de marche : 7h/8h
Dénivelé : +1300 m
Dénivelé : -1300 m
En fonction de l’intérêt du groupe, de sa condition physique et des conditions climatiques, journée d’ascension pour tenter de rejoindre l’un des sommets ou balade tranquille autour du camp de base.

J14 : Cancosa > Salar de Huasco > Pica > Iquique

Pour la dernière fois, nous nous réveillons dans les solitudes grandioses de l’altiplano. Ce soir, nous serons au bord du Pacifique ! Alors, profitons de cette ultime journée. Progression en véhicule sur une piste qui serpente à travers l’altiplano chilien pour rejoindre le parc national Salar de Huasco. Cette zone humide est alimentée par des aquifères salins souterrains et abrite une grande biodiversité. Nous quittons peu à peu la zone de pré-cordillère pour redescendre vers la douceur climatique de l’oasis de Pica (1340 m), célèbre pour ses vergers de citronniers, manguiers et goyaviers. Pause déjeuner et baignade pour ceux qui souhaitent profiter de la piscine naturelle rafraîchissante du village ! Poursuite vers la côte pacifique. Au passage, visite de la ville fantôme d’Humberstone, classée par l'UNESCO. Fondée en 1872, cet ancien centre d’exploitation du salpêtre (nitrate de potassium) fit la fortune de la région. Pendant plus de soixante ans, des ouvriers venus du Chili, du Pérou et de Bolivie y ont travaillé. Mais l’effet de la crise de 1929 puis la concurrence de l’ammoniac synthétique ont entraîné le déclin de l’activité puis la fermeture définitive du site en 1960. Balade émouvante dans ce site qui est désormais un musée à ciel ouvert et témoigne de l’ingéniosité humaine à tirer de la richesse d’un milieu apparemment stérile. Nous arrivons finalement à Iquique, la capitale régionale. Cette ville balnéaire, pimpante et agréable, s’étire au bord du Pacifique. Après les rigueurs des hauts plateaux, quel plaisir de retrouver la chaleur et une ambiance balnéaire. Nous nous installons pour la nuit dans un hôtel confortable et de charme.

Transfert : 5h
Hébergement : Hôtel NH Iquique ou équivalent
Repas : BLD

J15 : Iquique, vol > Santiago

Matinée de plage et/ou tour de ville d’Iquique avant de rejoindre l’aéroport dans l’après-midi. Iquique est une grande ville balnéaire qui s’étend sur une étroite bande littorale entre l’Océan Pacifique et la Cordillère côtière qui atteint 600 m d’altitude par endroits. Alternance de côte rocheuse et de plages surplombées par une très grande dune de sable. Iquique prit son essor avec l’âge d’or du salpêtre et fût aussi le cadre événements historiques durant la Guerre du Pacifique. A voir la tour de l’horloge sur la place centrale, le bel édifice du théâtre municipal, le casino espagnol d’architecture mauresque, la rue piétonne Baquedano avec ses traditionnelles maisons en bois, le quartier historique avec la cathédrale et le marché du port … Départ pour l’aéroport et vol vers Santiago. Accueil à l’arrivée par un chauffeur hispanophone et transfert à l’hôtel. Dernier dîner tous ensemble pour célébrer la fin de cette belle aventure.

Hébergement : Hôtel NH Ciudad ou équivalent
Repas : BLD
Le déroulement de cette journée est dépendant des horaires du vol intérieur.

J16 : Vol de retour

Temps libre en attendant le départ à l’aéroport environ 4h avant le décollage. Transfert par un chauffeur hispanophone. Vol retour sur Paris.

Repas : B

J17 : Arrivée Paris

Les temps de marche indiqués ne tiennent pas compte des pauses. Ils sont bien sûr indicatifs et peuvent varier d'un participant à un autre ou selon les conditions climatiques.

Les temps de transfert indiqués ne tiennent pas compte des pauses ni des aléas inhérents à tout voyage d'aventure (dégradation de routes, pannes, travaux, trafic...). Ils sont bien sûr donnés à titre indicatifs et peuvent être supérieurs.