Nouvel An Tibétain avec Robert Dompnier
Tibet, Chine TB 609 Voyage Découverte

Découverte de Xining à Lanzhou, festivals et rencontres avec des nomades de l'Amdo

17 jours 5 à 14 pers. Facile 5/20 Voir les avis voyageurs

Partager

Vous aimerez aussi...

  • Itinéraire asie
  • Dates et prix asie
  • Infos pratiques asie

Appelé Losar en tibétain, le Nouvel An est certainement le moment le plus important de l’année religieuse du Tibet. Nous avons choisi de vous présenter cette célébration en Amdo, haut-lieu d’une tradition séculaire avec des monastères très célèbres comme Labrang, Kumbum ou Repgong… Rituels et danses masquées s’enchainent dans un délire de couleurs et de sons. Sans oublier la présentation des immenses thangkas que l’on déroule sur le mur d’un temple ou sur le flanc d’une colline… A ces fêtes colorées, de très nombreuses populations tibétaines arrivent en camion, en moto ou à cheval ayant revêtu pour l’occasion leurs plus beaux costumes, peaux de moutons retournées, peaux de léopards, fourrures et brocarts chatoyants… Les femmes notamment se couvrent de coiffures avec bijoux d’ambre, de turquoises et de coraux. Un véritable festival pour les yeux ! Ce programme hors des sentiers battus est complété par une passionnante découverte de Chengdu : vieilles rues chinoises, parc aux pandas et opéra du Sichuan !

Points forts

• Les festivités du Nouvel An tibétain en Amdo
• Des festivals authentiques avec très peu de touristes
• De nombreuses populations locales dans leurs plus beaux costumes

Les plus Tirawa

• Encadrement par Robert Dompnier, spécialiste du bouddhisme et de la culture tibétaine

Niveau

Facile 5/20 Voir le tableau des niveaux  Balades faciles avec une ou deux heures de marche. Pas de problèmes liés à l'altitude (altitude maximum 3300 mètres).

J1 : Vol au départ de Paris

Vol au départ de Paris CDG dans la soirée.

J2 : Arrivée à Chengdu

Arrivée à Chengdu, capitale de la province du Sichuan. Formalités de frontière et transfert dans un confortable hôtel du centre-ville. En fonction des horaires d'arrivée, découverte du vieux Chengdu (architecture ancienne, maisons de thé…). Dîner et nuit à l’hôtel.

Transfert : 1h
Hébergement : Hôtel Buddhazen ou équivalent
Repas : D
En cas d'arrivée en soirée, le repas sera pris dans un petit restaurant ou un snack, car les restaurants classiques ferment très tôt.

J3 : Vol > Xining (2300 m)

Quelques heures tranquilles en matinée pour se remettre du vol de la veille et déjeuner en ville. Transfert à l’aéroport et vol en direction de Xining, capitale de la province du Qinghai. Accueil à l’aéroport par votre guide local et transfert à l’hôtel.

Transfert : 2h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J4 : Visite de Xining

Le matin, visite du passionnant musée dédié à la culture et à la médecine tibétaine. Ce grand musée présente une exposition de thangkas (peintures religieuses) et de matériel relatif à l’histoire des grandes traditions du bouddhisme tibétain et à la médecine traditionnelle tibétaine. C’est une excellente introduction à notre voyage. A l’étage supérieur on peut notamment admirer une remarquable thangka de 618 m de long ! Elle illustre de façon systématique, détaillée et artistique la plupart des composantes de la culture tibétaine. Le musée est aussi l’occasion de découvrir des textiles et des costumes appartenant aux différentes régions et différentes ethnies du Tibet. Après un déjeuner en ville, excursion en direction du monastère de Kumbum Jampaling (Ta’er si en chinois). Fondé en 1560, il a été construit sur le lieu de naissance de Tsong Khapa, le « Grand Réformateur », fondateur en 1419 de l'école Gélugpa du bouddhisme tibétain. Le monastère de Kumbum a abrité jusqu’à 5000 moines. L’activité y est toujours intense… Retour à l’hôtel en fin de journée.

Transfert : 1h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J5 : Xining > Repgong (2600 m)

Quittant Xining, notre véhicule prend la route de Repgong (Tongren en chinois). Traversée de très beaux paysages de grès et de calcaire rose ou ocre contrastant avec le vert des pâturages et le bord des rivières. La région de Repgong est particulièrement réputée pour ses écoles de peinture de thangkas qui ornent la plupart des monastères de l’Amdo. L’art de Repgong a été inscrit en 2009 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Les fêtes qui suivent le Nouvel An (une quinzaine de jours environ) enchainent prières et grands rituels, danses masquées et présentation d’immenses thangka pouvant atteindre jusqu’à 30 mètres de base. Nous assistons ainsi à notre premier cham (ensemble de danses religieuses masquées) au monastère supérieur de Senggéshong. Les moines habillés de costumes en brocarts chatoyants, portent des masques impressionnants représentant des personnages du folklore et du panthéon bouddhique. Ils exécutent des danses énergiques et tourbillonnantes au son des tambours, des cymbales et autres instruments traditionnels. C’est un spectacle toujours éblouissant. Installation à l’hôtel en foin de journée.

Transfert : 3h
Hébergement : Hotel
Repas : BLD

J6 : Visite de Repgong

La matinée est particulièrement importante ; après la fête du Nouvel An, le rituel de ce jour se concentre sur le déroulement de la grande thangka au monastère de Senggéshong. Il est très important pour les Tibétains de venir se prosterner devant cette immense pièce d’étoffe représentant, selon les monastères, l’image du Bouddha, de Guru Rinpoché ou de Tsong Khapa… C’est une façon pour eux d’acquérir des mérites et des bénédictions. La foule est donc très nombreuse et les Amdowa de la région ont revêtu leurs plus beaux costumes. Les fêtes, notamment, arborent de superbes coiffures ornées d’ambre, de turquoise et de corail. Après ce rituel coloré, nous découvrons le monastère de Rongbo au sud de la ville. Sa construction date du XIVe siècle, avant d’être agrandi au XVIe siècle par Kelden Rinchen de l’école Gélupa. Le monastère de Rongbo est maintenant un important monastère auquel 35 autres monastères de la région sont reliés. Visite d’un petit musée crée par l’une des meilleures écoles de peinture de thangkas de Repgong. C’est l’occasion de se familiariser avec les techniques, les styles et le sens religieux de cet art.

Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J7 : Visite de Repgong

A 30 km de la ville, les fêtes du Nouvel An se poursuivent pour nous au monastère de Wongjia. Ce lieu est très intéressant car il appartient à la tradition bön (religion tibétaine antérieur au bouddhisme). Il est très rare pour des occidentaux d’assister à des rituels bön. Découverte de la « Danse du joyau » durant laquelle les moines tournent en faisant de grands cercles dans le sens inverse aux aiguilles d’une montre (conformément aux usages bön et contraires à ceux des bouddhistes). De Wongjia, nous filons vers le village de Changkya pour assister à la danse « des dieux des montagnes ». Les Tibétains, et en particulier ceux de la région de Repgong, ont un lien très fort avec les esprits de la nature, qu’ils ne considèrent pas comme des guides spirituels mais comme des êtres dont ils partagent le territoire et avec lesquels il est important de vivre en harmonie. Ces danses peuvent être très impressionnantes quand l’officiant, oracle ou shaman, entre en transe. Son rôle est de permettre un contact avec le dieu de la montagne permettant ainsi à ce dernier de s’exprimer. Retour à l’hôtel de Repgong en fin de journée.

Transfert : 1h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J8 : Repgong > Labrang (2900 m)

Le matin, notre minibus emprunte une jolie route qui conduit à Labrang (Xiahe en chinois), ville de la province chinoise du Gansu. L’itinéraire traverse de jolis villages de fermiers, des régions boisées de pins et de feuillus, puis de riches pâturages. Là encore, les couleurs alternent entre le vert des forêts et les massifs de couleur ocre et rose… Quelques stops en chemin permettent de pour profiter du paysage et de faire quelques belles photos… Visite de la maison de Gendün Chöpel (1903-1951), un moine érudit et poète, considéré comme l'un des intellectuels tibétains les plus importants du XXe siècle. Déjeuner dans une famille de nomade et visite du monastère de Tsézhik. Ce dernier appartient également à la tradition bön.

Transfert : 4h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J9 : Visite de Labrang

Journée réservée à une découverte de Labrang. C’était l’un des lieux favoris d’Alexandra David-Néel qui y séjourna en 1921. Elle n’y restera cependant que peu de temps car, à l’époque, des combats incessants opposent Tibétains et musulmans. Mais on comprend l’intérêt de la grande voyageuse : le monastère possède un charme tout particulier avec ses imposants bâtiments rouge et or adossés à la montagne où se succèdent forêts et pâturages… Beaucoup de douceur entoure cette région. Labrang Tashikhyil est par ailleurs le plus grand complexe monastique de l’Amdo. Il fut fondé en 1709 par le premier Künlhyen Jamyang Zhépa, considéré comme une émanation de Tsong Khapa, fondateur de l’école Gélugpa. Découverte des temples principaux et de l’imprimerie du monastère où on peut toujours observer les méthodes traditionnelles d’impression utilisant des blocs de bois gravés. Les textes sacrés ainsi imprimés seront utilisés dans tous les monastères de l’Amdo. Dans l’après-midi, balade autour du monastère avec les pèlerins, dans les villages et sur les collines environnantes. Retour à l’hôtel en fin de journée.
 

Transfert : 30 min.
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de balade : 2h

J10 : Labrang > Taktsang Lhamo (3300 m)

Nous partons ce matin en direction de Taktsang Lhamo (Langmusi en chinois), une petite ville tibétaine avec deux monastères mis en valeur par un bel écrin de montagnes, de forêts et de pâturages. Visite du monastère de Kirti de l’école Gélugpa. Derrière les bâtiments, deux grottes sont d’importants lieux de pèlerinage ; la grotte du Tigre (Taktsang signifie repaire du tigre en tibétain) et la grotte dédiée à Palden Lhamo (divinité féminine, protectrice du Tibet). Selon la légende, Guru Rinpoché, le grand maître indien qui introduisit le bouddhisme au Tibet au VIIIe siècle, aurait séjourné ici, d’où le caractère très sacré du lieu. Mais, à l’origine, les habitants n’osaient pas s’en approcher en raison de la présence de tigres. C’est Kirti Rinpoché, élève de Tsong Khapa, qui en chassa les félins. Depuis, les pèlerins peuvent accéder à ce site unique afin d’y rendre hommage à Guru Rinpoché et à Palden Lhamo. Un peu plus loin, un chemin pénétrant dans un joli petit vallon encaissé débouche sur une prairie au-dessus de laquelle tournoient régulièrement aigles et vautours.

Transfert : 4h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de balade : 1h

J11 : Taktsang Lhamo > Ngawa (3200 m)

Un passage au monastère de Sertri nous permet d’assister à nouveau au déroulement de la grande thangka. C’est l’occasion de participer à un rituel haut en couleurs et d’admirer la tenue de tous les habitants de la région. Notre itinéraire se poursuit à travers de jolis paysages en direction de Ngawa (Aba en chinois). C’est une belle région, dotée d’une multitude de temples et de monastères appartenant à diverses traditions spirituelles.

Transfert : 5h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J12 : Ngawa

Matinée au monastère de Gomang où nous avons la chance d’assister à d’autres danses religieuses, différentes de celles que nous avons vues à Repgong. Gomang est en effet un monastère gélugpa où la tradition maintient une stricte discipline pour l’étude et les rituels. Les danses se poursuivent par le rituel de destruction de la torma au monastère de Kirti à Ngawa (affilié au monastère de Kirti à Taktsang Lhamo). Ce rituel de destruction de la torma (grande sculpture décorée à base de beurre et de farine d’orge) est un moment fort du Nouvel An tibétain. Les tormas, chargées en effet de tous les maux de l’année précédente (famine, mauvaises récoltes, intempéries, autrefois guerres et combats…), sont jetées dans un grand feu purificateur avec des sifflements et des cris de joie. C’est le symbole d’un nouveau départ, d’une nouvelle année qui commence, ainsi purifiée de toute négativité. Retour à l’hôtel de Ngawa en fin de journée.

Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J13 : Ngawa

Visite du monastère de Kirti et du monastère de Setenling qui appartient à la tradition Jonang du bouddhisme tibétain (cette tradition fut éradiquée du Tibet Central pour des questions de rivalités religieuses et politiques au XVIIe siècle ; elle se réfugia alors en Amdo). Le soir, vous nous joindrez aux pèlerins pour admirer les sculptures en beurre confectionnées avec beaucoup de délicatesse et de dextérité par les moines du monastère. Le résultat est souvent impressionnant, des Bouddhas, des déités ou de grands maîtres sont représentés avec un foisonnement de détails et des couleurs éclatantes. Balade l’après-midi et court transfert en direction de Ngakzhing, ancien temple appartenant lui aussi à la tradition Bön. Moines et civils sont également en pleine festivités de Nouvel An. Retour le soir à notre hôtel de Ngawa.

Transfert : 1h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de balade : 2h

J14 : Ngawa > Tashiling (2500 m)

Journée de transfert dans de très beaux paysages. De Ngawa, nous filons plein sud en direction de Tashiling. Il nous faudra deux jours pour rejoindre Chengdu. La route traverse de jolis paysages de forêts et de pâturages où vivent des nomades tibétains. Arrêt dans un campement pour voir la façon dont les nomades gèrent leur quotidien et leurs activités autour de la production de lait de yak, de beurre et de fromage…

Transfert : 6h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD
Heures de balade : 1h

J15 : Tashiling > Chengdu (500 m)

Poursuite vers Chengdu pour une journée exceptionnelle. Après 3h de route environ, nous découvrons le Centre de recherche des pandas géants de Dujiangyan… Ce parc situé à 2h de Chengdu permet de découvrir ces charmants ursidés dans leur habitat naturel. Aucun problème pour les observer : ceux-ci aiment se prélasser, jouer, manger tranquillement du bambou et dormir entre deux branches… Après ces attachants moments de détente et d’observation, bref stop pour découvrir le système d’irrigation de Dujiangyan. Ce système d’irrigation, l’un des plus vieux au monde, fonctionne encore plus de 2000 ans après sa création ; il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO il y a une quinzaine d’année. Arrivée à Chengdu dans l’après-midi. Installation à l’hôtel, repos et toilette… avant d’assister à un opéra du Sichuan au théatre Shufengyayun ! Merveilleuse soirée mêlant chant, danse, pantomime et acrobatie. L’opéra du Sichuan est très connu pour le bian lian, (littéralement « changer de visage ») qui consiste à changer de masque si rapidement que le public a l’impression d’assister à un tour de magie. Retour à l’hôtel pour la nuit.

Transfert : 5h
Hébergement : Hôtel
Repas : BLD

J16 : Chengdu et vol de retour en fin de journée

Journée réservée à une visite de Chengdu. Promenade en ville et au Parc du Peuple où se retrouvent les habitants de Chengdu pour danser, faire de la musique ou pratiquer le tai chi dans un environnement végétal de toute beauté. C’est assez surprenant pour des occidentaux et particulièrement intéressant… Poursuite par une visite des rues Kwanzhai, deux anciennes rues restaurées à l’architecture des dynasties Ming et Qing. Déjeuner dans un restaurant local et visite des nombreuses boutiques. Temps libre l’après-midi pour vos achats dans le quartier tibétain ou celui de Jin Li. Dans un beau décor chinois (ruelles d’architecture ancienne, lanternes rouges, magnifiques idéogrammes calligraphiés…), le quartier très animé propose des bars en terrasses, des boutiques, des artisans divers… Magnifique Happy End de ce séjour en Amdo. En fin de journée, transfert à l’aéroport de Chengdu pour le vol de retour.

Transfert : 1h
Repas : BLD
Selon l’horaire du vol de retour, le dernier dîner de ce voyage se fera le soir même, avant le transfert vers l’aéroport, ou au soir du J15 …

J17 : Arrivée à Paris

Arrivée à Paris CDG en début de matinée.

Les temps de marche indiqués ne tiennent pas compte des pauses. Ils sont bien sûr indicatifs et peuvent varier d'un participant à un autre ou selon les conditions climatiques.

Les temps de transfert indiqués ne tiennent pas compte des pauses ni des aléas inhérents à tout voyage d'aventure (dégradation de routes, pannes, travaux, trafic...). Ils sont bien sûr donnés à titre indicatifs et peuvent être supérieurs.