ÉTONNANTE AFRIQUE DU SUD !

TREK AU NÉPAL - Tour du Manaslu

Safari au cœur de l'Okavango

Une aventure sur l'Altiplano

Chamonix aux couleurs du Bhoutan

DERNIÈRE MINUTE

Formation des guides, levier d'un tourisme responsable

Voyage et Trek de l'année 2018 !

Voyage au Kham, l'autre Tibet !

Vous allez aimer la Mongolie !

Un doux rêve de Brésil

Mais ils sont où ?

Voyagez en Colombie !

Voyager en Patagonie

L'Inde de L'UNESCO

Nouveauté : croisière cap horn et Patagonie

Voyage d'exception au Bhoutan

L'Éthiopie, pays Trek, Nature et Culture !

Rêve de Bhoutan

Voyage en Inde : simplification du visa indien

Des voyages à vélo électrique et guidés !

Népal : réouverture des vols intérieurs !

Participez à l'expé Trek Pérou 2017!

Pourquoi partir en voyage au Guatemala ?

Pourquoi partir en voyage en Jordanie ?

Orissa, un voyage en Inde insolite

Nouveau partenaire "équipement"

Marcher : le pied !

Retour au Népal

Nos voyages d’auteurs

Départs "Spécial Eclipse" en Indonésie

Les Voyages Médecine

Point sur la sécurité des pays

Expé Capricorne, l'aventure africaine

Le Bhoutan, le pays qui grimpe...

Le Kilimanjaro, sommet à chaud…

L'Indonésie, un archipel à découvrir !

Tibet, l'année du cheval...

Pérou, sur la trace des Incas

LA PHOTO EN VOYAGE...

Zoom sur : Le Kilimanjaro, sommet à chaud…

Julien Erster, notre responsable Afrique rentre tout juste d’un voyage au Kenya et en Tanzanie au cours duquel il a gravi, avec un groupe de 7 personnes, le Kilimandjaro. Grâce à une liaison satellite, il a réalisé un blog en direct nous permettant chaque jour de suivre la progression du groupe en textes et en images…

Revenons sur l’ascension de ce sommet de trek mythique de près de 6000 mètres… réalisé par la voie Machame.

Tous au sommet ?

Effectivement, j’étais avec un groupe de 7 personnes, parties entre amis et toutes ont foulé le sommet ! Ces Haut-Savoyards étaient tous des randonneurs, âgés de 36 à 68 ans et en bonne forme physique mais plusieurs personnes n’étaient jamais allées spécialement en altitude. Une très bonne ambiance régnait dans le groupe ce qui a permis une belle émulation entre les trekkeurs !

Quelles sont les principales difficultés ?

Le Kilimanjaro est un volcan qui ne présente aucune difficulté technique et qui est accessible à toute personne en forme qui fait du trek. C’est de la randonnée pure mais toute la difficulté tient dans le fait que l’on est en altitude et qu’il fait froid le jour du sommet !
Notre acclimatation s’est faite avec l’ascension préalable de la pointe Lenana au Mont Kenya qui culmine à près de 5000 m, nous sommes donc arrivés sur la montagne en étant déjà très bien acclimatés, en ayant passé déjà plusieurs nuits à plus de 4000 mètres. Ce qui est vraiment un gage de réussite !
Au niveau du froid, dès le 2ème camp à 3800 mètres il y avait du givre sur la tente, (il a donc fait entre 0 et 5°C la nuit), quant au camp de Barafu  (4600 m) où nous dormons la veille du sommet, ce dernier est très venté et les températures sont descendues jusqu’à – 10°C. Et au sommet il faisait -15°C avant le lever du soleil, heureusement le vent s’est ensuite calmé !!!!
Au niveau de la marche, la progression est très graduelle. C’est la journée du sommet qui est difficile avec 1300 mètres de dénivelé positif et 2800 mètres en négatif, ce qui représente entre 11 et 14 heures de marche, du bel effort !!!!

Quels conseils pour se préparer ?
Il faut évidemment être bien en forme. Pratiquer un sport d’endurance avant le départ est plus que conseillé : randonnée, footing, vélo… L’équipement ne doit pas être négligé, les vêtements et matériels sont ceux d’un pratiquant en haute montagne : sous-vêtements thermiques, Goretex, doudoune, surgants ou moufles, duvet (-10/-15°C confort)…
Pendant l’ascension on croise des personnes très mal préparées, visiblement pas sportives, mal équipées (en jean parfois !), qui de fait souffrent beaucoup (quand elles ne font pas un MAM) et n’atteignent jamais le sommet…

Comment cela se passe concrètement sur place au niveau logistique ?
Nous avions avec nous 30 personnes : 1 guide et 3 assistants guides, 1 cuisinier et 1 aide-cuisinier, ainsi que 24 porteurs. La sécurité est maximum puisqu’il y a un guide pour 2 participants. Les guides sur le Kilimandjaro reçoivent une formation spécifique sur le Mal Aigu des Montagnes (MAM) dispensée par le Kilimanjaro National Park. Ils savent donc parfaitement diagnostiquer un MAM, utiliser le caisson hyperbare et les bouteilles d’oxygène qui voyagent avec le groupe et donc organiser les secours en cas de problème. La logistique au niveau des camps (tentes, tente mess, tente toilette avec WC chimique…) est donc au top à tout point de vue et l’on retrouve le même niveau de service que sur une destination rompue au trek comme le Népal.

Quid de l’impact environnemental ?
Au mois de février, nous étions environ 120 voyageurs à prendre le départ le même jour à Machame Gate. Au plus haut de la saison ce chiffre monte à 300. Même si la voie Machame est sauvage et la plus sportive des voies sur le Kilimanjaro, il y a quand même de plus en plus de monde…
De multiples mesures ont été prises pour que la montagne reste propre. Les déchets sont transportés par des porteurs tout au long du trek et sont pesés à l’arrivée, c’est très strict ! Depuis 2013, les bouteilles d’eau sont interdites (le guide reçoit une amende en cas d’infraction).
J’avais réalisé cette ascension il y a 6 ans et, bonne nouvelle, d’après notre guide les glaciers augmentent à nouveau ! Il semblerait que les plantations d’arbres sur les flancs de la montagne aient des effets positifs sur les fameuses neiges du Kilimanjaro.

Un mot sur nos programmes au Kilimanjaro ?
A tous les férus de trek, je ne peux que conseiller le Kili ! C’est un must au même titre qu’un trek au Népal, ce n’est pas qu’un sommet, c’est une grande variété de paysages traversés, une ambiance unique !
Tous nos programmes ont été pensés pour bénéficier de la meilleure acclimatation possible :

3 programmes réalisent l’ascension d’un sommet en préambule au Kilimanjaro :
Mont Kenya et Kilimanjaro (par la voie Rongaï)
Parcs, Mont Kenya et Kilimandjaro (par la voie Machame)
Mont Meru et Cratère du Kilimanjaro (par la voie technique Western Breach)

Le programme Safari, Masaï et Kilimanjaro permet de passer plusieurs jours dans les parcs situés entre 1800 m et 2400 mètres, ce qui permet d’une part de s’adapter au pays et déjà de commencer une acclimatation avant l’ascension.

Quant au trekking Kilimanjaro Voie Machame, nous l’avons conçu avec une journée supplémentaire d’acclimatation aux environs de 4000 mètres pour réunir toutes les chances de fouler le sommet, et cela fonctionne car nous avons 95% de réussite sur ce programme !

Découvrir le blog de Julien réalisé en direct pendant l'ascension : Mont Kenya et Kilimanjaro