Au cœur de l'Okavango

ÉTONNANTE AFRIQUE DU SUD !

TREK AU NÉPAL - Tour du Manaslu

Safari au cœur de l'Okavango

Une aventure sur l'Altiplano

Chamonix aux couleurs du Bhoutan

DERNIÈRE MINUTE

Formation des guides, levier d'un tourisme responsable

Voyage et Trek de l'année 2018 !

Voyage au Kham, l'autre Tibet !

Vous allez aimer la Mongolie !

Un doux rêve de Brésil

Mais ils sont où ?

Voyagez en Colombie !

Voyager en Patagonie

L'Inde de L'UNESCO

Nouveauté : croisière cap horn et Patagonie

Voyage d'exception au Bhoutan

L'Éthiopie, pays Trek, Nature et Culture !

Rêve de Bhoutan

Voyage en Inde : simplification du visa indien

Des voyages à vélo électrique et guidés !

Népal : réouverture des vols intérieurs !

Participez à l'expé Trek Pérou 2017!

Pourquoi partir en voyage au Guatemala ?

Pourquoi partir en voyage en Jordanie ?

Orissa, un voyage en Inde insolite

Nouveau partenaire "équipement"

Marcher : le pied !

Retour au Népal

Nos voyages d’auteurs

Départs "Spécial Eclipse" en Indonésie

Les Voyages Médecine

Point sur la sécurité des pays

Expé Capricorne, l'aventure africaine

Le Bhoutan, le pays qui grimpe...

Le Kilimanjaro, sommet à chaud…

L'Indonésie, un archipel à découvrir !

Tibet, l'année du cheval...

Pérou, sur la trace des Incas

LA PHOTO EN VOYAGE...

Zoom sur : Point sur la sécurité des pays

Voici les analyses sécuritaires de 2 de nos destinations :

Sécurité à Oman : (de notre correspondant, français vivant sur place)

Suite aux récents evenements internationaux (guerre contre l'EI, et mort de l'otage Francas en Algerie), nous tenions à faire un point sur la situation à Oman.

D'abord, il faut garder en tête plusieurs éléments :

- Oman est un pays a majorite Ibadite avec des minorités chiites et sunites. Il entretient donc des relations cordiales aussi bien avec les pays sunites (Arabie Saoudite, Qatar, UAE, etc...) qu'avec les pays chiites comme l'Iran, et ne prend pas part aux rivalités chiites/sunnites.

- A Oman, les Imams sont des fonctionnaires de l'Etat. C'est également l'Etat qui assure leur formation. Les prêches sont en outre limités aux aspects liés à la vie privée, et la politique en est formellement exclue. Cela limite donc énormement le risque d'émergence d'une doctrine islamiste.

Un petit exemple pour illustrer les 2 points précédents : lorsqu'on évoque avec des Omanais les francais qui partent faire le "jihad" en Syrie et en Iraq, ils sont extrêmement surpris ; d'abord ils estiment que ce n'est en aucun cas un Jihad, et ensuite ils ne comprennent pas comment des francais peuvent s'impliquer a ce point dans des conflits aussi lointains. Ils considèrent en outre les problèmes en Syrie et en Iraq comme politiques et non religieux. A ma connaissance aucun Omanais n'est parti se battre en Syrie... cela ne fait donc que renforcer mon sentiment que la doctrine islamiste est bien plus présente en France (pays laïque) qu'à Oman (pays musulman et pratiquant).

Malgre cela, la semaine dernière le Quai d'Orsay a inclu Oman dans une liste de 29 pays (élargie quelques jours plus tard à 40) où la vigilance devait être renforcée.
Cette liste a été etablie dans l'urgence, et la communication autour de sa publication a ete baclée.
En effet, on retrouve dans la même liste des pays ou l'on appelle a une vigilence "normale" (Oman, le Maroc, les Emirats Arabes Unis, par exemple) et des pays "formellement deconseilles" (comme le Yemen, le Mali, la Lybie, la Syrie, ou encore l'Iraq). Cela invite a faire des amalgalmes injustifies.
En outre, les medias, friands d'actualites sensationnelles, ont encore amplifie cet effet d'amalgalme avec des titres racolleurs et faux : "Liste des 40 pays a risque" (les Echos), "Liste des 40 pays dangereux" (BFMTV), "Les Pays deconseilles aux francais" (DirectMatin), "Les pays a eviter" (RTL), etc...
Pour mieux comprendre la diversite des situations dans les 40 pays de cette liste, je vous invite a lire cet article du Monde :http://www.lemonde.fr/international/article/2014/09/26/paris-etend-son-appel-a-la-vigilance-quarante-pays-sont-concernes_4494859_3210.html

En se rendant sur le site de la Diplomatie Francaise dans la section concernant les conseils aux voyageurs  se rendant a Oman (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/oman-12328/), on a une meilleur vision de la situation a Oman.
On se rend compte que le Nord et le Centre d'Oman, ainsi que le Musandam et la cote aux alentours de Salalah, sont en vert (c'est a dire que les voyageurs sont invite a une "vigilence normale").
Le Rub al Khali (dans la region du Dhofar uniquement) est en jaune  (c'est a dire que les voyageurs sont invites a une "vigilence renforcee").
La frontiere du Yemen, elle, est en orange  (c'est a dire "deconseillee sauf raison imperative").
Cette classification n'a pas evolue depuis plusieurs mois. L'Ambassade de France a Oman partage notre sentiment qu'Oman est sur et qu'il n'y a pour le moment pas de raison que ca change.

Pour la zone verte (qui concerne la grande majorite de nos circuits), il n'y a donc aucun probleme ; les circuits sont maintenus et il n'y a aucune raison objective d'annuler.
Pour la partie jaune (qui concerne nos circuits incluant le Rub al Khali dans la region du Dhofar), nous avertirons l'ambassade de France a chaque fois que nous nous y rendrons ; en cas d'avis defavorable de l'Ambassade (ce qui pour l'instant n'est pas le cas), nous modifierions les programmes et remplacerions les randonnees dans le Rub Al Khali par des randonnees dans les montagnes le long de la cote de Salalah.
Pour la partie en orange, le long de la frontiere Yemenite, cela ne concerne a priori aucun de nos circuits. Nous avons toutefois une randonnee (Randonnee vers un estuauire pres de Dhalkut) proche de cette zone. Sur la route d'acces, il y a des check-points militaires, et nous aurons donc dans tous les cas toutes les informations de securite sur place. En cas d'avis defavorable des militaires a ces check-points, nous remplacerons cette ransonnee par une autre...

Sécurité en Jordanie : (communiqué de l'Office de Tourisme de Jordanie)

Le Quai d'Orsay ne déconseille pas les voyages
Six jours après les mises à jour du Ministère des Affaires Etrangères Français envers 40 destinations du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie, et malgré le discours rassurant du SETO, des incompréhensions et inquiétudes subsistent chez de nombreux clients.

L'équipe de l'Office de Tourisme de Jordanie à Paris tient donc à rassurer les professionnels du tourisme français, et indirectement leurs clients, sur la stabilité et sécurité de la Jordanie, en vous apportant son éclairage – factuel et objectif – sur les points suivants:

  • Conseil aux voyageurs: la fiche "Jordanie" du conseil aux voyageurs du Ministère des Affaires Etrangères (MAE) a connu une mise à jour le 25 septembre dernier, au même titre que de nombreuses autres destinations du Moyen-Orient, d'Afrique, et d'Asie.

"Dans le contexte de l’intervention de la coalition internationale contre Daech, et face au risque accru d’enlèvements et d’actes hostiles contre les ressortissants des pays membres de la coalition, les Français résidant ou de passage dans le pays sont invités à renforcer leur vigilance" Cette mise à jour réitère un conseil de vigilance déjà en vigueur depuis plusieurs années, mais ne vient en aucun cas ni déconseiller, ni interdire la destination aux voyageurs français.

> Des sites touristiques qui restent accessibles: La carte de la Jordanie (en bas de l'onglet "sécurité"), n'a connu aucune modification, et l'ensemble des principaux sites touristiques de Jordanie se trouve en zone "jaune". Ils restent donc accessibles et fréquentables, en toute sécurité.

> L'exception d'Um Qais: compte-tenu des événements en Syrie et en Irak, le MAE déconseille depuis plus de 2 ans déjà les zones frontalières du Nord de la Jordanie.
Cette interdiction ne concerne que l’extrême nord du pays: une zone frontalière et limitée ne débordant pas sur le reste du territoire.
Cette région est distante des sites touristiques programmés par les voyagistes: Amman se trouve à 100km de là, la Mer Morte à plus de 150 km et Pétra et le Wadi Rum situés au sud du pays, à 350 km.
De ce fait, Jerash, Petra, le Wadi Rum, la Mer Morte, Aqaba… continuent d’accueillir les touristes dans les meilleures conditions.

  • Une stabilité et sécurité de longue date: depuis fin 2010, et le début des révolutions arabes, il est important de noter que la Jordanie n'a connu aucun épisode de violence menaçant la sécurité de ses visiteurs, ou de ses résidents.

Souvent qualifiée de "Suisse du Moyen-Orient", la Jordanie est restée en marge des principaux conflits affectant les pays voisins.
L'appui récent de la Jordanie à la coalition anti-Daesh ne remet pas en cause le pacifisme qui caractérise le Royaume Hachémite de Jordanie. La sécurité aux frontières a été renforcée, et la vie locale suit son cours, tant pour les habitants, que pour les touristes.